L'association SOLIHA aide les ménages à réduire leurs factures énergétiques

énergie
SOLIHA
Afin de lutter contre la précarité énergétique des familles, l'association SOLIHA se charge d'aider les plus démunis, à faire baisser leurs factures. Ce, à travers des ateliers pratiques. Nous avons participé à l'un d'eux.

Lutter contre la précarité énergétique, c’est le cœur d’action de l’association SOLIHA (anciennement "Karukera Logement"), qui accompagne les plus démunis, pour leur permettre de baisser leurs factures, tout en faisant du bien à la planète. 
A l'heure où le coût de l’énergie pèse de plus en plus, sur le porte-monnaie des ménages, les astuces et les gestes éco-responsables permettent de faire de substantielles économies. Cela s'avère essentiel, en ces temps où le moindre euro compte, pour boucler les fins de mois.

Des gestes bénéfiques pour le portefeuille et pour l'environnement

Les dépenses énergétiques des ménages sont liées soit à la mobilité (les frais de transport), soit à la consommation électrique domestique, à la maison donc. 
A eux seuls, les climatiseurs, chauffe-eaux, réfrigérateur... peuvent représenter des dépenses auxquelles les foyers les plus fragiles, économiquement, ont du mal à faire face. 
Parfois, un simple changement d'usage, voire l'amélioration ou la mise aux normes du logement, contribuent à économiser.

Pour sensibiliser les publics défavorisés aux bons gestes et aux bonnes pratiques, les conseillers de SOLIHA effectuent, à la demande, des visites à domicile. Des ateliers de groupe sont également organisés. L’objectif est double : aider ces ménages à réduire leurs factures et en faire des éco-citoyens actifs, explique Agnès Ramassamy, en charge de l’énergie à SOLIHA Guadeloupe :

Agnès Ramassamy : "On n'a pas toujours le bon comportement".

 

Des ateliers lourds d'enseignements

La semaine dernière, la Journée nationale contre la précarité énergétique a été célébrée. A cette occasion, un atelier de groupe a été organisé. Nous y avons rencontré Patrick Calas, l'un des conseillers spécialisés de SOLIHA, qui expliquait que certains foyers dépourvus de climatiseur ou de chauffe-eau électrique font pourtant face à des factures élevées. Ce sont des équipements vieillissants et des pratiques énergivores.

Vous avez des appareils qui ont 25 ans, presque 30 ans. Ces appareils là, ce sont des appareils qui consomment. Un réfrigérateur qui dépasse les 10 ans, le joint est déjà noir et sec ; vous allez surconsommer ! Quand il y a beaucoup de givre à l'intérieur, ça va encore générer une surconsommation.

Patrick Calas, conseillers spécialisés de SOLIHA

Les ateliers de SOLIHA sont très appréciés des particuliers, comme Leïla, venue avec un groupe d'une dizaine de personnes, encadré par l'Union départementale des associations familiales (UDAF).

J'ai appris qu'il faut toujours éteindre les appareils qui ne servent pas. Il faut apprendre à consommer la lumière et l'eau.

Leïla, participante à un atelier de SOLIHA 

Le contexte climatique, culturel et social fait de l'énergie un poste souvent considéré comme secondaire, comparativement au logement ou à l'eau.
Secondaire, mais qui participe grandement à la précarité sociale des ménages concernés.


A propos de SOLIHA :
Acteur de l’économie sociale et solidaire, le mouvement SOLIHA, "Solidaires pour l’habitat", est le premier réseau associatif national du secteur de l’amélioration de l’habitat. Son objectif est de favoriser le maintien et l’accès dans l’habitat des personnes défavorisées, fragiles et vulnérables. 
SOLIHA compte 145 organismes, présents dans tous les territoires, dans l'Hexagone et en Outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion, Mayotte et Nouvelle Calédonie).
L'association agit auprès des collectivités, avec le soutien des institutions, pour apporter des réponses adaptées aux besoins des populations et aux spécificités des territoires.

Pour joindre SOLIHA, en Guadeloupe, vous pouvez composer le 0590.89.48.00