L’avenir du Gip Raspeg toujours en question

santé
Gip-Raspeg
©Gip-Raspeg
L’incertitude perdure pour le personnel du GIP-RASPEG. Ce mercredi, les salariés et médecins ont tenu à informer le grand public une nouvelle fois, lors d’une conférence  de presse sur l'avenir de la structure

Le GIP RASPEG c’est cette plateforme Réseaux et actions de santé publique de Guadeloupe. Plus que jamais, il s’interroge sur son avenir. Ce n’est d'ailleurs pas la première fois, mais désormais, l'échéance est fixée dans le calendrier. Le 31 juillet 2022, la plateforme territoriale d’appui devrait être transformée en DAC, dispositif d’appui à la coordination.
Mais à ce jour aucune notification n’a encore été reçue des autorités sanitaires, alors que la procédure a déjà été lancée dans les autres départements et collectivités d’Outremer.
En Guadeloupe le flou demeure, se pose la question de l’existence des réseaux, et du suivie des malades.

Marie-Claude Joseph, coordinatrice administrative d’appui au Gip-Raspeg.

©Guadeloupe

Pour les personnels affectés au GIP-RASPEG, de par la nature de sa mission, le GIP a toujours eu pour mission dès sa création, de favoriser "le décloisonnement des logiques sanitaires et sociales". Plate-Forme territoriale d'Appui de plein exercice, bien avant la réforme adoptée en juillet 2019, il assumait déjà les missions des Dispositifs d'Appui à la Coordination et de ce fait, il est encore selon eux 

la meilleure option pour porter les actions de santé publique, grâce notamment à la présence des instances et autorités publiques au sein de son Conseil d'Administration.

Sollicitée la directrice de l’Agence régionale de santé, Valérie Denux n’a pas souhaité répondre à nos questions sur ce sujet.

Pour leur part, dans un communiqué publié ce vendredi, la Région et le Département ont tenu à renouveller leur soutien au personnel du GIP-RASPEG

Réaction Région et Département