L'étang de Nogent victime de son manque d'entretien

environnement
L'étang de Nogent
L'étang de Nogent victime de son manque d'entretien ©J-M. Mavounzy
Ce serait en effet le manque d'entretien de l'étang qui serait à l'origine de la mort de plusieurs espèces de poissons et d'écrevisses. L'image a fait le tour des réseaux sociaux ce dimanche sans que pour autant une cause formelle n'ait été identifiée pour expliquer ce qui s'est vraiment passé

Fortuné Guiougou ne décolère pas. La catastrophe qui s'est jouée dans cet étang de Nogent lui reste en travers de la gorge. A la tête d'une association qui se bat pour la protection aussi bien des espèces que des espaces où elles vivent, il ne comprend pas que le sort de cet étang ne préoccupe pas plus que cela ceux qui en ont la responsabilité. Comme un pan du patrimoine livré à l'usure du temps et des saisons.

Pourtant, aucune parole officielle ne s'est encore exprimée sur ce sujet, comme s'il ne s'était rien passé.
Tout au plus la mairie avance-t-elle plusieurs hypothèses dont celle d'un rejet d'eaux usées sans qu'on ne sache d'où elles pourraient provenir. 
D'ores et déjà, l'Office de la Biodiversité a fait faire des prélèvements et devrait avoir les résultats sous 48 heures. L'Office qui , à priori, fait le même résonnement que Fortuné Guiougou

©Guadeloupe
Des cadavres de poissons à la surface des eaux de l'étang
Des cadavres de poissons à la surface des eaux de l'étang ©J-M. Mavounzy

Mais pour Fortuné Guiougou, il est urgent d'agir pour éviter que l'étang ne se vide de ses espèces à force de catastrophes.

©Guadeloupe

Et Fortuné Guiougou espère que, dans un premier temps, l'étang sera nettoyé de tous les cadavres d'animaux qui y flottent, seule manière de protéger toutes les espèces qui s'abreuvent ici de toute contamination bactérienne.
Ensuite, le curage de l'étang se devra d'être plus systématique. Une goutte d'eau parmi toutes les actions qui sont à mener pour préserver l'environnement dans l'Archipel

Un étang envahi  par les herbes
Un étang envahi par les herbes ©J-M. Mavounzy