L'UGTG se lance dans une guérilla sociale pour régler les conflits latents et les rapports sociaux en Guadeloupe

social
Maïté M'Toumo en conférence de presse
Maïté M'Toumo en conférence de presse ©R. Lami

Désormais dirigée par Maïté M'Toumo, sa nouvelle secrétaire générale, la centrale syndicale entend hausser le ton dans la vie sociale de la Guadeloupe. Elle se prépare même à changer d'octave et à durcir les mouvements en cours pour se faire entendre autrement 

Les visages sont différents mais les mots sont les mêmes. Pour sa première conférence de presse depuis sa nomination à la tête de l'UGTG, Maïté M'Toumo qui s'était dès le début définie dans la lignée de ses prédecesseurs, a tracé les accents toniques qu'elle compte, avec son conseil syndical, donner sans tarder à l'action syndicale en Guadeloupe.
Pour la secrétaire générale de l'UGTG, les interlocuteurs des salariés, qu'ils soient dans le public ou dans le privé, ne les respectent pas et dévaluent le dialogue social.
L'organisation syndicale compte donc amorcer un durcissement social. Elle compte mener une véritable guérilla sociale en Guadeloupe

Maïté M'Toumo, secrétaire générale de l'UGTG
 

Et le calendrier est déjà programmé : Dès le 29 juin le syndicat organisera un meeting pour expliquer sa position et l'action qu'il compte mener et à partir du 6 juillet, il lancera un mouvement de grève générale qu'il compte amplifier progressivement.

Conf de presse UGTG
©R. Lami