L'université des Antilles sommée de rouvrir le master "Énergétique et thermique", par le tribunal administratif

éducation
UFR des sciences exactes et naturelles, à Fouillole - Université des Antilles
Le plan France Relance financera notamment l'installation de panneaux photovoltaïques à l'Université des Antilles en Guadeloupe.

Le tribunal administratif a invalidé, jeudi, la décision prise par le doyen de l'UFR "Sciences exactes et naturelles" de supprimer le master "Énergétique et thermique", en juin 2020. Les instances universitaires sont contraintes de rouvrir cette filière. La cour parle d'"excès de pouvoir".

La première chambre du tribunal administratif de la Guadeloupe a tranché en faveur des plaignants, ce jeudi 21 janvier 2021. Des étudiants se sont, en effet, tournés vers la justice, pour dénoncer la fermeture du master "Energie thermique".
Ainsi en avait décidé Narcisse Zahibo, doyen de l'UFR "Sciences exactes et naturelles" (SEN), le 30 juin 2020. 
La cour a estimé que la suppression de cette filière relève d'un "excès de pouvoir" exercé par ce dernier.
L'université des Antilles (UA) est, désormais, sommée de rouvrir ce master.

Historique

L'annonce a eu l'effet d'un coup de tonnerre, dans le rang des étudiants, lorsque le doyen de l'UFR SEN, Narcisse Zahibo, leur a appris sa décision de fermer le master "Energétique et thermique", le 30 juin 2020.

Ce cycle avait été ouvert, en 2018, à l'initiative du Maître de conférences Ted Soubdhan. Cette formation répondait, entre autres, aux problématiques liées à la transition énergétique.

Une pertinence occultée par le doyen, qui décide, donc, de clore cette formation, sans prendre l'attache de son conseil d'élus.
Un arbitrage justifié par le fait que le master en question ne répond pas au critère international, sur lequel il a pourtant été fondé, et qu'il rentre en concurrence avec la filière "Energétique" du département "Ingénierie" de l'université.

Une lecture que le tribunal administratif vient de balayer, sur le fond. Comme précédemment évoqué, la juridiction estime que Narcisse Zahibo a fait preuve d'un "excès de pouvoir", en court-circuitant les instances compétentes. Le doyen est enjoint à rouvrir les inscriptions et à organiser les enseignements, pour l'année universitaire 2020/2021.

Des étudiants qui tournent le dos à la Guadeloupe

Les cinq étudiants à l'origine du recours se disent satisfaits. Mais cette victoire arrive trop tard. Beaucoup ont été contraints de rebondir, à leurs frais, en Guyane notamment. 
Hors de question, pour plusieurs d'entre eux, de réintégrer un pôle et une formation, dont ils ont été brutalement écartés.

Parmi ses étudiants lésés, il y a Enriqué Kissouna, qui avait validé son master 1.
Les propositions de réorientation, formulées par l'université, ne l'ont pas satisfait et il a, depuis, intégré une formation, en Guyane.

Il exprime son sentiment, suite à la décision du tribunal administratif de cette semaine :

Enriqué Kissouna : "Je ne reviendrais pas en Guadeloupe pour suivre une formation"


La présidence de l'Université des Antilles, que nous avons joint, ne souhaite pas commenter cette décision que son service juridique n'a toujours pas reçue.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live