L’usine d’équarrissage de Gédon à Lamentin sous haute surveillance.

société
Usine d'équarrissage à Lamentin
©Guadeloupe La 1ère
Après des années de nuisances et d’odeurs pestilentielles, un collectif d’associations a décidé de mener une action aux côtés de la population. Un dossier que ces associations suivent depuis le début du projet en 2014

La Commission de suivi de site qui aurait dû être créée au moins au démarrage de l’exploitation 2017, a enfin vu le jour  et pour la première fois, les principaux acteurs se sont  réunis le 20 mai dernier.
Le collectif des associations des riverains veut informer la population sur la mise en œuvre de cette Commission et faire le point sur les travaux en cours.
Depuis le début du projet en 2014 les associations suivent de près le dossier concernant l’usine de traitement de cadavres d’animaux et de déchets d’abattoirs. En février 2018, les riverains avaient mené une action pour dénoncer les nuisance olfactives qu'ils subissaient du fait de la proximité de l'usine.


On se souvient aussi qu'en janvier 2020, le maire du Lamentin mis la société Gestion de déchets Guadeloupe (Gedeg), alors propriétaire de l’usine de traitement et de valorisation des déchets carnés en demeure de faire cesser les nuisances olfactives causées par son activité.
Aujourd'hui encore, l’association Sud Manten pou Dèmen porte-parole du collectif des associations des riverains veut être entendue à tous les niveaux de responsabilité pour que leur vécu au quotidien ne soit pas banalisé mais qu'il soit vraiment pris en compte par tous.

Chantal Horn 
 

Chantal Horn Guadeloupe la 1ère

A Gédon au Lamentin, tous espèrent que le film dont ils sont bien malgré eux les acteurs connaître très vite une fin heureuse et ne souhaitent pas le voir devenir une série sans fin.