L'usine Gardel toujours à l'arrêt ce lundi

agriculture
Usine Gardel
Usine Gardel ©E-M. Golabkan
C'est un mouvement de colère des opérateurs de coupe qui se traduit ce lundi matin par le blocage des balance de Sainte Rose et du Moule et de fait, au maintien à l'arrêt de l'usine Gardel. Ils souhaitent toujours une revalorisation de la tonne de canne avant de prendre en charge la récolte 2022.

Pas de fumées aux cheminées de Gardel ce lundi matin, et pour cause, les chargements de canne n'y ont pas été livrés empêchant tout lancement des activités de l'usine.
En cause, le mouvement des opérateurs de coupe qui génère le blocage absolu des balances par lesquels les cannes transitent. 
Pour comprendre ce mouvement il faut se souvenir tout d'abord du communiqué de l'Iguacanne. Publié le 11 mars dernier, il invitait les uns et les autres à tout mettre en œuvre pour le lancement de la récolte.

Dans un-soucis de sauvegarde de la filière et de permettre au monde cannier de réaliser la récolte 2022 dans les moins mauvaises conditions possibles, il est indiscutable que cette dernière débute au plus vite. Ceci pour des raisons agronomiques (cyclage des cannes, risque de sur maturité des cannes, etc), pour des raisons économiques, mais aussi de pérennisation de la filière canne. Pour permettre à tout à chacun de se préparer, le début de la campagne 2022 est fixé au : lundi 14 mars 2022. Il est demandé à l’ensemble des acteurs de faire leur maximum pour être opérationnel à cette date. Comptant sur l’engagement de tous pour que la récolte 2022 se déroule sous les meilleurs auspices.

Iguacanne

Usine Gardel
Usine Gardel ©E-M. Golabkan

Pour autant, ce communiqué ne prenait nullement en compte la revendication des opérateurs de coupe qui réclament toujours une augmentation de 3,60€ la tonne de canne.

Rénald Gêne, opérateur de coupe

Mouvement des opérateurs de coupe ©Guadeloupe

Pour leur part, les planteurs ont exprimé leur compréhension, quant à la revendication des opérateurs de coupe. Il est vrai qu'ils en sont, eux aussi, à espérer une revalorisation de la tonne de canne, pour tenir compte des coûts réels de production.

Le comité directeur de l'usine Gardel s'est réuni, durant la matinée, pour évaluer la situation.