L'UTC-UGTG lance un mouvement social de grande envergure dans les collectivités

social
Mobilisation à Petit Bourg
Mobilisationde l'UTC-UGTG à Petit Bourg ©R. Defrance

Un mouvement qui s’annonce déjà très suivi et d’ampleur parce qu’il y a des enjeux forts. Aujourd’hui, la fonction publique est à un tournant, et le syndicat ne veut pas rester inactif. Il a déposé une plateforme de revendication en 18 points

L’UTC UGTG a déjà annoncé que la sortie de conflit veut dire protocole d’accord satisfaisant. Il y a des points qui démontrent que ce mouvement est en profondeur et risque de durer. Parce que ces points touchent la fonction publique en elle-même, tant dans sa structure que dans son fonctionnement local.

Sur les points fondamentaux de la fonction publique, il y a d’abord le refus des lignes Directrices de gestion, les LGD. C’est une réforme de la loi intervenue en 2019 et applicable depuis le 1er janvier dernier. Elle transforme les ressources humaines des collectivités. Les CAP, les commissions administratives paritaires sont démunies de leurs compétences au profit des seuls responsables des ressources humaines. Les avancements, les recrutements… le paritarisme… La discussion d’égal à égale entre syndicats et collectivités, disparait.

L’UTC exige, aussi, le maintien des 40% de vie chère et que cette prime soit intégrée à la pension de retraite à l’instar de l’île de la Réunion.

Ensuite il y a les points qui concernent le fonctionnement local, c’est le deuxième pilier de ce mouvement. La reconstitution des carrières des agents, surtout des catégories C, l’augmentation des quotas horaires, des ouvertures de postes et l’intégration directe de tous les lauréats aux concours.

VOIR : 

En face, les maires qui connaissent déjà des difficultés budgétaires avec leurs collectivités, voient le spectre de la flambée des dépenses de fonctionnement. Ils risquent d’être arc-boutés sur leur position. 

Coflit à Petit Bourg
©R. Defrance

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live