La mauvaise gestion de la CANBT objet d'un rapport de la Chambre régionale des comptes

finances
CANBT
Les communes de Goyave, Petit-Bourg, Lamentin, Sainte-Rose, Deshaies et Pointe-Noire composent la CANBT (en violet) ©ORSAG

Nouveau rapport accablant de la Chambre régionale des comptes. Il concerne, cette fois, la gestion de la Communauté d'agglomération du Nord Basse-Terre (CANBT), jugée mauvaise. Les finances de la collectivité sont, donc, dans une situation critique.

Le rapport définitif de la Chambre régionale des comptes, sur la gestion de la Communauté d'agglomération du Nord Basse-Terre (CANBT), entre 2013 et 2019, est accablant, pour les deux présidents qui se sont succédés : Guy Losbar (février 2011 à avril 2014 et à nouveau sur le fauteuil depuis juillet 2020) et Jocelyn Sapotille (avril 2014 à juillet 2020).

Des projets hasardeux

Selon les magistrats financiers, la CABNT n'assume pas, ou avec beaucoup de difficultés, ses obligations légales. La plupart des compétences ne sont pas exercées, selon la Chambre régionale des comptes (CRC).

Au lieu de se concentrer d'abord sur les compétences de la collectivité, ses gestionnaires se sont lancés dans des projets d'utilité secondaire, voire nulle, sans objectif et sans résultat.
Prenons pour exemples "les chemins des saveurs du Nord Basse-Terre" abandonnés après des dépenses élevées, ou encore les carrières de Sainte-Rose, acquises pour 2,8 millions d'euros, qui a également fait l'objet d'un renoncement.

Idem en matière patrimoniale.
L'acquisition du siège de la communauté, bâtiment qui demeure peu occupé, a nécessité de couteux travaux d'aménagement.
De même, l'achat, en 2012, des carrières de Sainte-Rose (encore elles), s'est fait sans l'estimation obligatoire des domaines, selon la Chambre ; cet investissement ne correspondait, de surcroît, à aucun projet. 

Finances dans le rouge

S'agissant des finances, l'information financière est jugée insuffisante et les comptes publics ne sont pas fiables.

Une situation jugée préoccupante, au regard notamment du déficit, de près de 10 millions d'euros, du budget annexe transport, au 31 décembre 2019. Cela induit une situation financière plus que fragile, en 2020.

Au total, en guise de conclusion, la CRC estime que la CANBT, dans sa forme actuelle, est une administration sans valeur ajoutée, pour le Nord Basse-Terre.