La mauvaise qualité de l'air persiste en Guadeloupe et à Saint-Martin

qualité de l'air
Le soleil à travers la brume de sable
Le soleil à travers la brume de sable ©Yasmina Yacou
L'archipel et Saint-Martin sont en rouge, depuis ce samedi 11 juin, preuve d'une mauvaise qualité de l'air. Conditions retrouvées ce dimanche 12 juin, en raison du passage d'une importante brume de sable du Sahara. La préfecture de Guadeloupe a donc déclenché la procédure d'alerte.

Impossible de manquer le ciel laiteux de ces dernières 24 heures. Et ce n'est pas près de s'améliorer ce dimanche 12 juin. La procédure d'alerte a été déclenché en Guadeloupe et à Saint-Martin. En cause, comme bien souvent, le passage d'une brume de sable du Sahara sur notre région, mais également à l’activité humaine (combustion d’énergie fossile, moyens de transport, activités industrielles…).

Le seuil d’alerte correspond à un niveau de concentration de polluants dans l’atmosphère au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé humaine ou de dégradation de l’environnement justifiant l’intervention de mesures d’urgences. 

Ainsi, la concentration en particules fines de moins de 10 micromètres de diamètre (PM10) dans l’air a dépassé les 80 μg/m3 en moyenne sur 24 heures. 

Recommandations

Pour les populations vulnérables : Femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques ;

Pour les populations sensibles : Personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics (par exemple : personnes diabétiques, personnes immunodéprimées, personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux).

  • En cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès d’un professionnel de santé,
  • Privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort,
  • Prenez conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement médical doit être adapté le cas échéant.
  • Evitez les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe,
  • Evitez les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur,
  • Reportez les activités qui demandent le plus d’effort. Pour les jeunes (0 à 6 ans), les écoliers, les collégiens et les lycéens :
  • Interdire les activités sportives à l’extérieur dans les établissements d’enseignement primaire et secondaire
  • Pour les jeunes enfants, interdire les activités sportives à l’extérieur et à l’intérieur. Pour la population générale :
  • Réduire les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions)
  • En cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès d’un professionnel de santé.