La plateforme Riposte nouvel interlocuteur de la campagne de vaccination

coronavirus
Plateforme Riposte
©Rohny Maléty
La plateforme Riposte, véritable outil de surveillance de l'évolution de l'épidémie en Guadeloupe a élargi ses champs d'intervention. Dorénavant, ses opérateurs se chargent de répondre à toutes les interrogations concernant la vaccination.

La plateforme Riposte mise en place par l'Agence Régionale de Santé, dès les premières heures de l'épidémie est dédiée à une surveillance fine de la circulation du virus dans la population. Mais depuis peu, elle est un interlocuteur pour tous les indécis qui se posent encore des questions sur la vaccination.

Quel vaccin ? Quand et comment se faire vacciner ? Quels effets attendre après l'injection ? Les conseillers tâchent de répondre aussi précisément que possible à toutes ces interrogations afin d'accompagner une prise de décision éclairée. Patrick Saint-Martin, directeur de la veille sanitaire à l'ARS, considère que cette nouvelle tâche s'inscrit totalement dans le tryptique Tester - Alerter - Protéger.

Ce qui a beaucoup évolué, c'est l'importance prise par le pilier "protéger", attaché à la vaccination. En effet, il faut d'un côté accompagner les vaccinateurs, les centres de vaccination, les professionnels de santé libéraux qui vaccinent, mais aussi informer la population sur les raisons pour lesquelles se faire vacciner et pourquoi cela demeure la meilleure protection contre le virus.

 

Cette semaine les appels ont augmenté, passant de 600 à plus de 700 par jour. Le besoin d'information de la population est réel et il ne s'agit pas toujours de personnes valides capables d'aller vers les vaccinateurs. Par cette nouvelle mission, la plateforme identifie aussi des publics fragiles ou isolés qui ont du mal à se déplacer pour aller se faire vacciner et peut leur prendre un rendez-vous auprès d'un vaccinateur.

Nous leur présentons toutes les opérations qui visent à rapprocher un vaccinateur de leur domicile. Nous parlons ici de situations très particulières qui concernent des personnes handicapées ou alités. Dans ce cas, c'est le vaccinateur qui doit s'organiser pour aller vers elles.

Patrick Saint-Martin

 

Ces opérations jouent un rôle majeur dans l'avancée de la couverture vaccinale de la population. À ce jour, 33% des Guadeloupéens de plus de 18 ans ont au moins reçu une injection.

Pour (re)voir le sujet de Mélanie Roland et Rony Maléty