La réponse avant l'heure du SPJG, le Schéma des Politiques de Jeunesse de Guadeloupe

société
Manifestation des "group a po", à Pointe-à-Pitre - 04/12/2021
Gran sanblé Lapwent - 04/12/2021 ©Marie-Lyne Plaisir
Elaboré en 2015, ce document place comme priorité, pour la Guadeloupe, une réponse sociale en direction des jeunes. Mais six ans plus tard, cette même jeunesse de Guadeloupe crie son désespoir au cœur de la crise sociale traversée par l'Archipel, ce qui interpelle sur la non application du SPJG

Tout y est Constat, Stratégie, préconisations objectifs…. En 103 pages, ce schéma des Politiques de Jeunesse de Guadeloupe s’accorde à dire que les jeunesses de notre territoire rencontrent des difficultés à s’épanouir, à s’insérer dans le monde économique ou encore à trouver un logement.

En 2015, cette conférence réunissant les acteurs publics oeuvrant pour les jeunes en Guadeloupe se voulait un point de départ pour une meilleure prise en charge des plus jeunes. Dans sa charte, la conférence reconnaissait l’urgence à agir et demandait le concours de tous pour parvenir à une prise en compte de cette population si particulière.

Etat, Conseil Régional, Département répondaient ainsi à une préconisation de la France et de l’Union Européenne qui plaçait la jeunesse au centre des politiques publiques. Aussi c’est un schéma autour de 4 axes qui a été élaboré pour la jeunesse de Guadeloupe:

Informer, Accompagner contre les formes de ruptures, couverture des besoins et identification des priorités Régionales.

Conférence régionale Jeunesse

Parce que les jeunes de Guadeloupe vivent une territorialité différente, ce Schéma des politiques jeunesse prenait des engagements forts.

Dans un délai de 3 à 6 ans, les politiques décidées auraient du porter leurs premiers fruits. Mais alors comment comprendre aujourd’hui cette colère qui traverse une partie de notre jeunesse? Comment comprendre qu’elle n’ait rien vu venir comme elle le dit? Que sa situation sociale ne se soit pas améliorer. Quand tous les acteurs publics ont reconnu la nécessaire priorité de lui offrir un autre avenir?

Ce schéma semble être le premier pas d’une considération d’une jeunesse qui pourtant se sent toujours abandonnée.

Des solutions avancées pour garantir l’accès  des jeunes à l’emploi

 

Des solutions ciblées comme celle de l’accompagnement des jeunes dans leur entrée dans le monde du travail en renforçant les aides, les dispositifs, en les faisant connaitre par voie de presse. Ou encore de soutenir auprès des patrons l’embauche de la jeunesse guadeloupéenne.

Une des solutions fortes de ce schéma  des politiques de Jeunesse de Guadeloupe, était d’améliorer les conditions de vie des jeunes disposant de peu de ressources en leur proposant un accompagnement, individualisé, global et intégré afin de trouver des réponses immédiates pour les plus précaires.

Et puis il a aussi cette solution d’intégrer les jeunes dans une société qui vieillit en valorisant les formations et les métiers autour des services à la personne,  en particulier aux personnes âgées.

L’or vert et l’or bleu étaient déjà à l’époque des pistes pour densifier les formations qui répondraient à ses besoins liés à l’environnement et à la mer. Force est donc de constater que toutes les solutions existent déjà sur le papier. Un comité de pilotage aurait dû chaque année, nous renseigner sur les décisions prises et l’impact de ce schéma sur la jeunesse de Guadeloupe. Les travaux auraient dû être rendus publics mais …rien. La Question des jeunes en Guadeloupe semble être sujet faiblement considéré.

Pour découvrir le Schéma des Politiques de Jeunesse de Guadeloupe