La sénatrice Victoire Jasmin fustige la gestion de la crise sanitaire, en Guadeloupe

coronavirus
Victoire Jasmin
La Sénatrice Victoire Jasmin élève la voix, pour dénoncer la gestion de la crise sanitaire, par les autorités locales, en Guadeloupe. Celle-ci serait la cause de la défiance et de la méfiance d’une partie de la population, envers la parole publique... et le vaccin anti-Covid.

C'est un véritable coup de gueule qu'a poussé la sénatrice de la Guadeloupe, Victoire Jasmin, outrée d'entendre des théories fantaisistes et discriminatoires, sur les Antilles.
En effet, depuis le week-end dernier, la Guadeloupe et la Martinique sont sous les feux des projecteurs, au niveau national. Tous les journaux télévisés et les organes de presse, évoquent la situation sanitaire, sous nos latitudes. Dans ce cadre, on a pu entendre, ici et là, de nombreuses contre-vérités expliquant le faible taux vaccinal, chez nous.

Pour Victoire Jasmin, la vérité est ailleurs.

Communication inapropriée

Le faible taux de personnes vaccinées, en comparaison au taux moyen national, devrait pousser les autorités à changer leur mode de communication.

Pour la sénatrice Victoire Jasmin, cette communication devrait être plus pédagogique, au lieu des messages culpabilisants, méprisants et menaçants qui sont diffusés à une population, déjà méfiante.

Victoire Jasmin : "Il faut adapter cette communication, pour que les personnes qui souhaitent se faire vacciner n'aient pas peur".


Offre vaccinale insuffisante

L'élue prône aussi la mise en place de dispositifs facilitateurs, à destination de ceux qui souhaitent recevoir leurs injections anti-Covid.
Elle estime que l’offre vaccinale, dans l'archipel, reste pauvre.
En effet, jusqu’au 4 août dernier, les Guadeloupéens n’avaient pas la possibilité de choisir leur vaccin. La préférence était laissé aux vaccins à "ARN messagers" alors qu’il en existe d’autres ; notamment le vaccin Janssen du laboratoire "Johnson and Johnson", en dose unique. Ce manque de choix et d’explications participe, selon Victoire Jasmin, à accroître la méfiance de la population. Elle a évoqué le sujet, au Sénat et auprès des autorités sanitaires locales.

Victoire Jasmin : "Je souhaite que les personnes aient des informations claires, précises et transparentes".

 

La menace renforce la défiance

La sénatrice Victoire Jasmin a eu à s’opposer au pass sanitaire, dans sa version initiale. Lors du vote de cette loi au Sénat, elle a eu à s’exprimer. Selon elle, faire peser la moindre menace, sur les travailleurs, ne va pas dans le sens des libertés individuelles. En Guadeloupe, cette mesure serait difficile à mettre en place et pèserait lourd sur le marché du travail déjà précaire.

Victoire Jasmin : "On ne peut pas adhérer, de manière globale, à cela".

A la date du mercredi 4 août 2021, 27,18% de la population éligible (population âgée de 12 ans et plus) avaient reçu une première injection, dont 2485 adolescents de 12 à 17 ans.
Il s'avère que la vaccination progresse, bien que lentement.