Le baccalauréat 2021 se passera presque totalement en contrôle continu

éducation
Contrôle continu au lycée de Sainte Rose 2
©Ch. Danquin

Ce jeudi, Jean-Michel Blanquer a annoncé la suppression des épreuves de spécialités programmées mi-mars pour le baccalauréat 2021. En cause, la propagation du Covid-19. L'épreuve sera donc basée essentiellement sur le contrôle continu 

Ces premières épreuves du baccalauréat 2021 devaient se tenir le 15 mars prochain. Mais la crise sanitaire qui pourrait justifier un nouveau confinement, suscitait de nombreuses inquiétudes dans les lycées. Elle a donc incité le ministre de l'Education Nationale à les supprimer. Désormais, elles seront validées par la moyenne obtenue sur les trois trimestres de terminale dans les matières concernées.

Dans son message, Jean-Michel Blanquer indique que

« Les enseignements de spécialité des baccalauréats général et technologique ne seront pas évalués au travers d’épreuves au mois de mars mais sur la base des moyennes des trois trimestres de terminale de ces enseignements »

De fait, cette décision entraine d'autres changement pour les lycééns de Terminales :

C'est sur la base de leurs moyennes des deux premiers trimestres qu'ils pourront formaliser leurs dossiers de candidatures dans Parcoursup pour l'enseignement surpérieur. Les appréciations qu'ils auront obtenues pour ces matières figureront également dans ce dossier.  

Cependant, pour l'heure, l’épreuve de philosophie du mois de juin est maintenue aux dates prévues, tout comme le grand oral et les épreuves anticipées de français – avec quelques aménagements (*). 

Et pour garantir ces décisions, le ministre de l'Education a tenu à préciser que :

« l’institution établira un cadre robuste, des jalons précis pour garantir l’égalité d’évaluation des élèves et donc pour objectiver leurs résultats »

 

(*) 

- En philosophie, les élèves auront le choix entre trois sujets de dissertation au lieu de deux.

- En français, les épreuves orales pourront ne porter que sur quatorze textes en première générale et sept en première technologique. L’épreuve écrite de français, elle, demeure inchangée.