Le centre pénitencier de Fond Sarail surpeuplé, mais pas autant qu'ailleurs

justice
Maquette du projet d'extension du centre pénitentiaire de Fond Sarail
©Pascal Pétrine
Les établissements pénitentiaires français sont toujours en surpopulation. 14.586 détenus sont actuellement en surnombre par rapport aux places disponibles dans les établissements pénitentiaires. La densité carcérale s’élève à 118,7% pour tout le territoire français. Des deux établissements pénitentiaires de Guadeloupe c’est celui de Baie-Mahault qui affiche la densité carcérale la plus élevée.

La maison d’arrêt de Fond Sarail comptait 410 détenus au 1erjuillet dernier quand les places disponibles étaient limitées à 253 soit une surpopulation de 162,1%. Elle dépasse de loin la moyenne nationale de 118%.

La pire prison française en termes de surpopulation carcérale est celle de Perpignan : 215% de densité carcérale, 1 détenu sur 2 dort sur un matelas par terre.

Situation qui contraste avec l’autre partie du centre pénitentiaire de Baie-Mahault, le Centre de détention qui accueille les détenus condamnés à des peines supérieure à 2 ans. Là, le taux d’occupation est en deçà de la moyenne nationale avec 96,6% de densité carcérale pour 230 détenus.

Enfin, la Maison d’arrêt de Basse-Terre se rapproche de la moyenne nationale avec 126% de densité carcérale pour 163 détenus.

En Guadeloupe, femmes et mineurs sont détenus à Fond Sarail. Les femmes y disposent de plus de places que les hommes. Elles occupent seulement la moitié des places qui leur sont réservées.

Quant aux mineurs, garçons et filles confondus, ils n’occupent qu’un tiers des places disponibles à Fond Sarail.

La pire prison pour les mineurs en France est celle de Rémire-Montjoly en Guyane où la densité carcérale s’élève à 136%. Un mineur sur 4 n’a pas de lit.