publicité

Le CHU de Pointe-à-Pitre / Abymes est une nouvelle fois pointé du doigt.

On connaissait le rapport de la Chambre régionale des Comptes en 2014, puis il y a eu celui de l’Igas, le CHU est également dans le collimateur de la HAS, la Haute Autorité de la Santé. Cet organe de tutelle a notamment pour mission de certifier les établissements de santé.

  • E. Stimpfling
  • Publié le , mis à jour le
C’est une procédure d’évaluation externe d’un établissement de santé. Elle est effectuée tous les 4 ans par des professionnels de santé mandatés par la HAS. Son objectif est de porter une appréciation indépendante sur la qualité des prestations d’un établissement de santé.
Voilà pour la définition, venons maintenant au CHU. L’établissement a certes obtenu sa certification le 16 décembre dernier mais assortie du maintien de 9 réserves. Réserve qui porte notamment sur la gestion du linge, celle des déchets, des équipements biomédicaux. Réserves qui portent également sur  la prise en charge médicamenteuse du patient. Bref, on touche là le cœur de l’activité hospitalière.
Le CHU a 6 mois pour lever ses réserves. A l’issue de ce délai, une visite ciblée de la Haute Autorité de Santé viendra vérifier sur place la réalité des améliorations. 
Le cas échéant,
il pourrait perdre sa certification. Dans un courrier en date du 18 janvier, le président de la Haute Autorité  de Santé l’écrit explicitement :  "En l’absence de mesures correctives efficaces et durables, aucune décision de certification ne serait envisageable au regard de la persistance des défaillances observées."
Dans ce cas, la Haute Autorité de Santé transmettra alors son rapport définitif à l’ARS qui pourrait alors prononcer des mesures de fermeture. Alors certes, on imagine assez mal la fermeture du CHU en lui-même, mais certains services pourraient eux être fermés.
Pour rappel, 10 établissements de santé sur les 2190 que contrôle la HAS sur l’ensemble du territoire français se sont vus retirer leur certification. Et des mesures de fermeture ont effectivement été prononcées. Il s’agissait d’hôpitaux de second niveau. Pour un CHU, cela constituerait, pour le moins, une première.  
Voir : 
ENTRETIEN AVEC JEAN CLAUDE POZZO DI BORGO


Voir aussi :
http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1769345/fr/decision-n2015-0731/dc/cces-8700-du-16/12/2015-du-college-de-la-haute-de-la-haute-autorite-de-sante-organisant-une-visite-ciblee-dans-le-cadre-de-la-procedure-de-certification-v2010-de-l-etablissement-de-sante-chu-pointe-a-pitre-abymes

Sur le même thème

  • santé

    La tour Nord du CHU reprend du service

    Le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail et la cellule de crise ont donné leur feu vert pour une reprise des activités, dans la tour Nord du CHU de Pointe-à-Pitre/Abymes, qui abrite les services d’endocrinologie, de pneumologie et de médecine.

  • santé

    Incendie CHU : L'hôpital de campagne est arrivé et devrait être opérationnel ce dimanche

    Annoncé au lendemain de l'incendie du centre hospitalier, l'hôpital de campagne est arrivé comme prévu ce matin à l'aéroport Pôle Caraïbe. A son bord, des moyens humains, mais surtout 34 tonnes de matériel qui permettront d'assurer les urgences et autres services hospitaliers, sur le site du CHU.

  • santé

    Des soins intensifs pour relever le CHU

    Une journée bien remplie pour la ministre des solidarités et de la santé. Agnès Buzyn a dû se retrouver sur tous les fronts pour évaluer les conséquences de l'incendie du CHU et rassurer quant à l'engagement du gouvernement en faveur du CHU

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play