L'affaire des prévenus de la CA Grand Sud Caraïbe est renvoyée au 27 septembre prochain en raison de la situation sanitaire liée au COVID19

justice
Tribunal de Basse-Terre
©E. Stimpfling

La décision était attendue ce matin, notamment par les avocats des prévenus mais aussi par le Parquet qui ne s'était pas opposé à leurs demandes de renvoi, tant les conditions de tenue du procès ne semblaient pas admissibles. Les magistrats ont finalement opté ce mardi pour le renvoi

Les arguments sanitaires auront donc prévalu plus que tous les autres dans la décision des magistrats de reporter l'examen de l'affaire des marchés de la Communauté d'Agglomération Grand Sud Caraïbes.

Pourtant, ils avaient tenu à ouvrir l'audience comme ils l'avaient décidé hier, en dépit des protestations et des demandes de renvoi qui avaient été déposées par les avocats des prévenus. Demandes auxquelles le procureur de la République n'avait formulé aucune objection.

Mais les conditions matérielles et physiques de la salle où se tient le procès incitent alors les avocats à déposer plusieurs recours devant la Cour d’Appel pour contester la poursuite du procès. En cause notamment les conditions sanitaires dans la salle d’audience

Maître Babacar Diallo

Me. Diallo

Xavier Sicot, le procureur, approuve :

“La situation sanitaire a évolué. Le compte n’y est pas. Les mesures de distanciation ne sont pas respectées”.

Il demande alors le renvoi en septembre prochain et demande que toutes les parties se fassent vacciner dans l’intermédiaire.

On note alors un remous dans la salle, particulièrement du côté de ceux qui sont contre le vaccin.

Les magistrats se retirent pour délibérer.

Dans la salle surchauffée depuis le début, la mise en route des ventilateurs provoque quelques émois. L’un des ventilateurs a perdu quelques pièces dans sa rotation.

Ventilo salle d'audience BT
©E. Stimfling

Tout cela s'ajoute à une ambiance déjà très lourde.

Finalement, les magistrats reviennent. Leur décision est prise. Le procès est renvoyé au 27 septembre prochain, au regard de la situation sanitaire liée au COVID19

Eric Stimpfling