Le projet "Ja-riv" veut rendre à la zone industrielle sa forêt humide

environnement
Jarry vu du ciel
Sous le ciel de Jarry ©Citronmer
Ses concepteurs en ont fait tout un symbole de l'action qu'ils souhaitent mener à Jarry : " JA-RIV » est en effet une contraction de deux mots : Jarry et de rivage. Il s'agit donc pour eux d'établir une reconnexion entre la terre et la mer, symbolisée par le trait d’union entre les deux mots. Une reconnexion entre la population et la zone naturelle qui passe par la rétrocession de terrains occupés par l'industrialisation au profit de la forêt tropicale humide.

On pourrait croire qu'il s'agit là d'un énième projet pour sauvegarder la mangrove de Jarry, l'un de tous ceux qui, maire après maire, ont germé de la conscience des dirigeants de la ville sans pour autant freiner le grignotage massif des zones de mangrove, progressivement comblées pour étendre la surface industrielle et commerciale.

La forêt humide de la voie verte
La voie verte au milieu de la forêt tropicale humide ©M. Bastide


Mais cette fois, avec l'autorité conférée au Conservatoire du Littoral sur les espaces naturels de la zone, c'est toute une dynamique nouvelle qui s'est mise en place. Loin d'endosser simplement l'habit de gendarme pour contraindre les occupants illégaux, le Conservatoires du littoral a choisi de faire de la pédagogie et d'user de diplomatie pour parvenir à la récupération de certaine parcelle. En quelque sorte, l'arme efficace du projet "Ja-Riv"
Angélique Gourdol, chargée du Projet Ja-Riv au Conservatoire du Littoral

©Guadeloupe

Autre garantie importante pour la réalisation du projet, la participation pleine et entière de la municipalité. Elle est partie prenante de l'action qui est menée sur le terrain et symbolise même le trait d'union entre les deux contractions de mots

Jacqueline Favorinus, élue déléguée au développement durable et à l'environnement de la mairie de Baie-Mahault

©Guadeloupe
Le projet Ja-Riv
Le projet Ja-Riv ©M. Bastide

En face, il y a des industriels et des commerçants qui prennent progressivement conscience de l'enjeu et lui portent leur soutien actif en acceptant de rétrocéder des surfaces où ils étaient installés.

Manola Mischer, responsable hygiène, sécurité et environnement de CAMA

©Guadeloupe

Francesco Fautra, gérant de la Caribéan Recyclage

©Guadeloupe

4 hectares de récupérés, ce ne sont cependant que de très petits pas qui sont franchis et les 13 hectares inscrits dans les objectifs de "Ja-Riv", si peu soient-ils, ne seront pas moins difficiles à reprendre.

Chacun espère donc que les équipes mobilisées sur "Ja-Riv" ne seront pas les seules à vouloir y parvenir.

Eaux usées au pied de la mangrove de Jarry
Des eaux usées qui étouffent la mangrove ©M. Bastide