L'éruption du volcan Cumbre Vieja aux Canaries : risque minime de mégatsunami pour les Petites Antilles

catastrophes naturelles
Eruption volcan Cumbre Vieja Iles Canaries
©Europa Press via AP
Ce dimanche 19 septembre, le volcan Cumbre Vieja à La Palma est entré en éruption, dans l’archipel des Canaries. Une première depuis 1971, qui ressuscite la crainte d’un méga-tsunamie évoqué il y a 20 ans. Un scénario peu fiable selon les scientifiques.

Le volcan Cumbre Vieja de l’île de Palma, faisait l’objet d’une surveillance accrue depuis la semaine dernière, suite à des séismes de plus en plus récurrents. Ce dimanche, l’éruption volcanique a fait évacuer près de 1300 personnes. Aucune victime n’est à déplorer, selon le président de la région des Canaries, Angel Victor Torres.

Les risques d’un mégatsunami

Cependant, l’éruption évoque une théorie datant de 20 ans, du géologue et du géophysicien Simon Day et Steven N. Tous deux affirmaient que le flanc ouest du volcan était instable, et qu'un glissement de terrain pouvait se produire. Ce glissement entraînerait un mégatsunami dévastateur dans l’Océan Atlantique. Les Caraïbes dont la Guadeloupe et la côte Est des USA seraient ainsi touchées par ce mur d’eau.

Une théorie exagérée et remise au clair

Certes, l’île possède un stratovolcan sur lequel se trouve une fissure volcanique active, dont les risques sismiques et volcanologiques sont surveillés. Mais la théorie est exagérée selon de nombreux chercheurs, et mise au clair par Luis González de Vallejo, directeur de  l'Instituto Volcanológico de Canarias.

“Pour que le flanc de Vieille Sommet arrive à réunir des conditions proches de l'instabilité, il faudrait simultanément un tremblement de terre de magnitude exceptionnellement élevée et une éruption volcanique explosive de grande ampleur… La probabilité d'une éruption avec un taux d'explosivité élevé et à la fois d'un grand tremblement de terre est extrêmement éloigné", explique-t-il sur la page facebook de l’institut avant de conclure :

Le vieux Sommet est donc stable, même sous les effets d'éruptions semblables à celles qui se sont produites ces dernières dizaines de milliers d'années

Aujourd’hui, la théorie n’est donc pas totalement écartée, mais celle-ci reste tout de même extrêmement faible.