Législatives 2022 : 91 recours déposés, dont 7 en Guadeloupe et un dans les collectivités du Nord

élections
Conseil Constitutionnel
©conseil-constitutionnel.fr
Visiblement, plusieurs candidats déçus ont à redire, suite aux élections législatives du mois dernier. Ils sont 91 à avoir déposé des recours, devant le Conseil Constitutionnel. Près de 9% de ces dossiers concernent les circonscriptions de Guadeloupe et celle de St-Barthélemy et St-Martin.

Le jeu de la démocratie se poursuit, suite aux élections législatives de juin 2022.
91 recours ont été déposés, devant le Conseil Constitutionnel, à l’échelle nationale ; parmi eux, 8 concernent les 4 circonscriptions de la Guadeloupe et un celle de Saint-Barthélemy et Saint-Martin. Un nombre que l’on peut considérer comme important, pour nos seules îles.

Deux candidats ont déposé un recours, dans la 1ère circonscription, qui regroupe les communes de Marie-Galante, ainsi que Les Abymes, Pointe-à-Pitre et Morne-à-l’Eau : Alix Nabajoth et Rudy Faro. Le premier était arrivé en 4ème position, avec 2 332 voix et le second avait recueilli 78 suffrages, au premier tour de scrutin du 11 juin.

Dans la 2ème circonscription, trois recours sont répertoriés : ceux de Nancy Mathias, Gérald Bougrer et Steeve Rouyar, trois candidats dont les scores au 1er tour oscillent entre  224 et 116 suffrages.

Dans la 3ème circonscription, il y a eu deux recours : d’abord celui du candidat Christian-Georges Henri Léo, qui avait recueilli 110 voix à l’issue du 1er tour et un autre, cette fois à l’encontre de Max Mathiasin, député réélu, déposé par Marie-France Gallet, une habitante de Deshaies, gérante d’un gite dans la commune.

Enfin, dans la 4ème circonscription, un seul recours : celui de Germain Paran, qui a recueilli 935 voix à l’issue du 1er tour.

Un recours également concerne les collectivités du Nord, rassemblées en une circonscription commune : celui de Daniel Gibbs contre Frantz Gumbs. A l’évidence, l’ancien président de la collectivité de Saint-Martin vise un 3ème tour, face au député nouvellement élu.

A noter aussi une curiosité juridique : un recours a été déposé pour les 577 circonscriptions. A l’évidence, un citoyen remet en cause tout le processus électoral. Pour l’instant, on n’en sait pas plus. Il faudra attendre que les sages examinent la recevabilité ou non de chaque recours. Le Conseil Constitutionnel promet de le faire dans un délai très bref.