Législatives 2022 : de belles affiches en perspective

élections
Assemblée Nationale
Assemblée Nationale à Paris. ©SANDRINE MARTY / HANS LUCAS / AFP
La période de dépôt des candidatures pour les élections législatives s'est achevée ce vendredi (20 mai) à 18 heures. Une clôture donnant le coup d’envoi à la course à l’Assemblée nationale.

Pour l'heure, la préfecture de Guadeloupe n'a pas encore communiqué la liste officielle des candidats aux élections législatives. La période légale de dépôt des candidatures s'est achevée hier. les noms seront dévoilés en début semaine prochaine, après les vérifications administratives.

Selon des sources concordantes, 59 candidats seraient répartis sur les 4 circonscriptions que compte le département : 12 dans la première, 15 dans la deuxième, 30 dans la troisième circonscription et 12 dans la dernière. Après validation de la préfecture. 

Tout d'abord, dans la première circonscription, le député sortant, Olivier Serva, champion des soutiens d’Emmanuel Macron en 2017 n’est, cette année, ni investi par le GUSR, ni soutenu par Renaissance (la République en Marche).
Face à lui, la FRAPP, le mouvement du maire des Abymes, Éric Jalton, est disloquée. Avec pas moins de 3 candidats sont en lice : Dominique Biras, qui a la préférence du maire, Alix Nabajoth et l’alliée insoumise Nadège Montout.

Dans la 2e circonscription la sortante et désormais secrétaire d’Etat à la Mer, Justine Bénin trouve, cette année, sur sa route Christian Baptiste. Le maire de Sainte-Anne est investi et soutenu par le PPDG, et le PS.
Dans cette circonscription, la France insoumise est présente avec l’agriculteur Michel Tolla qui espère récolter les moissons de la campagne Mélenchon.

Vient ensuite la troisième circonscription, le nord Basse-Terre. Max Mathiasin, le député sortant apparenté MODEM aura, cette fois, une adversité bien plus rude qu’en 2017. Le GUSR et Renaissance soutiennent le maire de Goyave, Ferdy Louisy. 
Également en course, Sylvie Anno Chamougon, investie par le PS et le PPDG. La conseillère régionale de Baie-Mahault n’entend pas jouer les outsiders.
Enfin à surveiller le score du représentant du Rassemblement national, Rody Tolassy.  La confirmation, par la préfecture, de la candidature de José Toribio, l'ancien maire du Lamentin, est également attendue.

Dans la quatrième circonscription, Hélène Vainqueur-Christophe, députée sortante ne se représente pas...
Dans cette circonscription bastion du PS, depuis 20 ans, le jeu reste ouvert sur fond de duel entre le maire de Saint-Claude, Elie Califer, investi par le Parti socialiste.  Face à lui, l’ancienne maire de Basse-Terre, Marie-Luce Penchard, investie par le GUSR et soutenue par le parti d’Emmanuel Macron. 
Ces deux candidats ont choisi des suppléantes de Capesterre Belle-Eau, la plus grosse commune de la circonscription. 

Ces élections devraient  mieux éclairer sur l’éventuelle corrélation entre la dynamique nationale des candidats à la présidentielle, tels Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. 
Il y à fort à parier que c’est l’équation personnelle et l’ancrage territorial qui feront la différence.