Les droits des personnes étrangères détenues en Guadeloupe ne seraient pas respectés

justice
Rétention 2
©O. Duflo
Les six associations présentes dans les 23 Centres de Rétention Administrative, font le constat d’une dégradation voire d’une violation des droits des personnes étrangères enfermées dans.450 personnes ont été enfermées en 2019 dans le Centre de Rétention Administrative
 
Les 6 associations présentes dans les 23 Centres de Rétention Administrative (CRA) (20 hexagone et 3 outre-mer, celui de la Réunion était fermé l’an dernier) font le constat d’une dégradation voire d’une violation des droits des personnes étrangères enfermées.
Ce qui prévaut, selon ces associations, c’est la volonté d’éloigner.
En Guadeloupe, 450 personnes ont été enfermées en 2019 dans le Centre de Rétention Administrative. Cela représente une augmentation de 23% par rapport à 2018.
Jamais autant de ressortissants étrangers n’ont été placés en rétention depuis 2012.
53% de ces personnes enfermées l’an dernier ont été expulsées, selon le rapport annuel 2019 de la Cimade, association de défense des droits des personnes enfermées en centres de rétention administrative. 26% ont été libérées. Les autres sont assignées à résidence.
Peggy Robert Guadeloupe La 1ère 

Peggy Robert Guadeloupe La 1ère

Le bilan 2019 de la Cimade enregistre 3 personnes décédées au CRA de Rennes et de Vincennes. Aucune en Guadeloupe
Rétention 1
©O. Duflo
Aujourd'hui, et peut-être du fait de la situation sanitaire imposée par la pandémie COVID 19, une seule personne est actuellement en Centre de Rétention Administrative en Guadeloupe.
©guadeloupe

 
Les Outre-mer en continu
Accéder au live