Les Guadeloupéens restent partagés quant à la vaccination anti-Covid et à la 3e dose imposée par le gouvernement

coronavirus
vaccination à Vieux Habitants
©E. Stimpfling
Dans son allocution, ce mardi 9 novembre, le président de la République a invité tous les Français de plus de 65 ans à recevoir une troisième dose de vaccin. A partir du 15 décembre, le rappel leur sera nécessaire pour faire prolonger la validité du passe sanitaire.

Le président de la République s'est adressé aux Français, ce mardi 9 novembre, pour la 9e fois, depuis le début de la pandémie. Emmanuel Macron, en plus des réformes annoncées, de la situation économique de la France, a abordé la situation sanitaire. 

Dès l'entame de son allocution, le chef de l'Etat l'a affirmé : "Nous n’en avons pas terminé avec la pandémie […] Il nous faudra vivre avec le virus et ses variants jusqu’à ce que l’ensemble de la population mondiale soit immunisé".

Car pour le président de la République, "la cinquième vague a commencé en Europe". D'où son appel aux 6 millions de Français qui ne sont pas encore vaccinés. Emmanuel Macron n'a pas manqué de mentionner l'Outre-mer où la vaccination "demeure insuffisante dans bien des cas".

Autre appel fait aux plus de 65 ans. Il a invité les personnes de cette catégorie d'âge à recevoir une troisième dose de vaccin. Il souhaite accélérer la campagne de rappel (pour les 50-64 ans à partir de début décembre) à destination de ce public. Avec une échéance... A partir du 15 décembre, ils devront justifier d'un rappel pour pouvoir prolonger la validité de leur passe sanitaire. 

Sauf que cette nouvelle décision de l'exécutif ne fait pas l'unanimité, notamment en Guadeloupe. 

D'un côté, il y a les réfractaires au vaccin... Ils estiment ne pas être rassurés. 

De l'autre, ceux qui espèrent que ce vaccin leur permettra de retrouver une vie normale...

©Guadeloupe

Au milieu, restent ceux qui estiment que le libre-arbitre prévaut... 

©Guadeloupe