Les Prem1ères de Guadeloupe : un réseau au service des femmes qui entreprennent

entreprises
Les Prem1ères de Guadeloupe
Les Prem1ères de Guadeloupe ©Peggy Robert
Bien sûr, les femmes ont la capacité d'entreprendre, de créer leur entreprise ! L'incubateur Les Prem1ères, réseau national également présent en Guadeloupe, accompagne celles qui ont besoin d'un coup de pouce, jusqu'à la concrétisation de leur projet. Solidarité et partage d'expériences sont la clé.

Les Prem1ères de Guadeloupe ont lancé, en décembre dernier, la deuxième promotion "accélérateur d'émergence & création".
Cet incubateur, qui fait partie du réseau national Les Prem1ères, créé en août 2018, accompagne des femmes et des équipes mixtes à la création d’Entreprises.
Son objectif est de renforcer la place de la femme en tant qu'actrice essentielle de l’économie et permettre à toutes de réaliser leurs ambitions entrepreneuriales.

Les créatrices sélectionnées par l'association bénéficient, durant six mois, de 126 heures de formation collective et de 9 heures d'accompagnement individuel ; un cursus pour qu'elles atteignent leur objectif de concrétiser leur projet d'entreprise.

La promotion du leadership féminin

Le réseau Les Prem1ères existe partout en France. En Guadeloupe, il est implanté à Moudong Sud, à Jarry/Baie-Mahault.
C'est de là qu'il encourage le leadership féminin et l’autonomisation des femmes.
Celles-ci, lorsqu'elles sont accompagnées par l'association, peuvent présenter des projets à différents stades : projet en émergence, en pré-incubation ou en incubation.

Annick Solvar-Désirée, la présidente des Prem1ères de Guadeloupe, explique en quoi cet incubateur d’entreprises est utile aux femmes :

Annick Solvar-Désirée : "On s'est rendu compte qu'il y a plus de femmes au chômage...".

Quelque-soit leur profil, quelque-soit leur parcours, quelque-soit leur projet, toutes les femmes peuvent se présenter à l’association.

Annick Solvar-Désirée : "A partir du moment où l'on a un projet, on peut venir nous rencontrer".

Annick Solvar-Désirée, présidente de l’incubateur Les Prem1ères de Guadeloupe 
Annick Solvar-Désirée, présidente de l’incubateur Les Prem1ères de Guadeloupe. ©Peggy Robert


Elles (v)ont créé(er) leur entreprise

Nous avons rencontré trois actuelles et futures cheffes d’entreprise, qui bénéficient du soutien de ce réseau.
De surcroit, elles s'entraident et un bel esprit d'équipe uni ces femmes.

Quand Emmanuelle a fait appel à l’association Les Prem1ères de Guadeloupe, sa société  R3 Attitude (R3 pour Réagir, Recycler, Recréer) est déjà montée ; mais elle souhaite la restructurer, pour la pérenniser.

Emmanuelle : "J'ai dû restructurer mon modèle économique, pour changer un petit peu la structure de l'entreprise".

Emmanuelle, présidente de "R3 attitude".
Emmanuelle, présidente de R3 Attitude. ©Peggy Robert

Murielle, elle, est repartie à zéro, pour ainsi dire. Quand elle intègre le réseau des Prem1ères, fin 2019, elle est en reconversion professionnelle. Son objectif : créer sa propre marque de puériculture BB Myell’.

Murielle : "J'étais fonctionnaire territoriale et j'ai démissionné, pour pouvoir commencer cette aventure entrepreneuriale".

Murielle, fondatrice de BB myell’
Murielle, fondatrice de BB myell’ ©Peggy Robert

Viviane est l’une des dernières arrivées à l’association Les prem1ères de Guadeloupe. Elle s’est lancée avec sa fille, Samantha, dans un projet de création d’un éco-village Viv Eko Slow, qui vise l’autosuffisance alimentaire dans le Nord Grande–Terre.

Viviane : "Je pars sur de nouvelles bases et sur de bonnes bases, surtout (...) c'est une approche totalement différente".

Viviane et sa fille Samantha, de Viv Eco Slow
Viviane et sa fille Samantha, de Viv Eco Slow. ©Peggy Robert

Trois femmes, trois profils, trois projets, qui témoignent du dynamisme entrepreneurial au féminin, en Guadeloupe, même en ces temps troublés par la Covid-19.