Marche des délégués UGTG, entre Pointe-à-Pitre et Jarry

social
UGTG sur le pont de la Gabarre
Les membres de l'UGTG ont marché de Pointe-à-Pitre à Jarry, en passant par le pont de la Gabarre. ©Eddy Golabkan

L'UGTG a rassemblé, ce vendredi matin, ses délégués, à l'occasion d'une "conférence nationale" du syndicat. Après une prise de paroles, devant le palais de la mutualité, tous ont entamé une marche qui les a menés à Jarry... au grand dam des automobilistes.

Le discours est inchangé, mais les façons de manifester sont plurielles.

L'Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG) organisait, ce vendredi 05 février 2021, sa "Conférence nationale des délégués", devant le palais de la mutualité de Pointe-à-Pitre.

L'ensemble des militants du syndicat, disposant d'un mandat (juge prud'homaux, conseillers, défenseurs syndicaux, représentants dans les différentes instances, au sein des entreprises et institutions) étaient convoqués. Leur présence était même annoncée comme obligatoire.

L'UGTG appelle, par ailleurs, toutes les personnes qui se sentent concernées par les problématiques, en Guadeloupe, à rejoindre le mouvement, "qui ne s'arrêtera pas".

Prises de paroles, devant le "Bik"

©Eddy Golabkan et Olivier Duflo - Guadeloupe La 1ère

Les revendications du syndicat sont plurielles.

Cette fois, il était surtout question, pour l'UGTG, de lister toutes les raisons pour lesquelles la mobilisation de ses troupes est nécessaire.

Un communiqué a été produit, en ce sens. 
Il y est notamment question du mépris des "patrons racistes et véreux qui s'enrichissent sur le dos des Travailleurs", de "la remise en cause des acquis sociaux et des libertés fondamentales", de "l'arrogance grandissante des envahisseurs racistes qui s'en prennent à nos mès é labitid", de "l'empoisonnement de nos vies, de notre terre, de notre avenir", de "l'exclusion des Guadeloupéens de l'école, du travail, de la santé, de la vie", du "désastre sanitaire et la mort évitable de plus de 170 Guadeloupéens", dans le contexte de crise de coronavirus, de "l'aplaventrisme des élus de Guadeloupe qui ne s'intéressent qu'à leur réélection", du "scandale de l'eau et de l'assainissement"...

A lire le communiqué de l'UGTG :

Communiqué conférence nationale des délégués UGTG - 05.02.2021

Maïté Hubert-M'Toumo est la secrétaire générale adjointe de l'UGTG. Ses interventions ont rythmé cette Conférence nationale des délégués :

©Eddy Golabkan et Olivier Duflo - Guadeloupe La 1ère


Procession

La colère ayant atteint son paroxysme, les militants UGTG ont débuté une marche. Une étape non spontanée, car la convocation stipulait que chacun devait porter baskets et tee-shirts.

Partis du quartier de l'Assainissement, ils ont pris le chemin de Baie-Mahault, en passant par Grand-Camp et inévitablement, par le pont de la Gabarre, ce qui a engendré de conséquents embouteillages.
Le groupe a entrepris le trajet, en sens inverse, vers 13h15.

Eddy Golabkan a suivi la procession et en a rapporté ses quelques clichés :

Marche UGTG 05.02.2021  1
©Eddy Golabkan
Marche UGTG 05.02.2021  2
©Eddy Golabkan
Marche UGTG 05.02.2021  3
©Eddy Golabkan
Marche UGTG 05.02.2021  4
©Eddy Golabkan
Marche UGTG 05.02.2021  5
©Eddy Golabkan
Marche UGTG 05.02.2021  6
©Eddy Golabkan
Marche UGTG 05.02.2021  7
©Eddy Golabkan
Marche UGTG 05.02.2021  7
©Eddy Golabkan

Cette marche n'est qu'une étape, dans un flot de manivestations que le syndicat compte bien mener.

Les Outre-mer en continu
Accéder au live