Marie-Galante : reprise du transfert des cannes, après huit jours perdus

transports
départ barge Kukui
La nouvelle barge, "Kukui", a quitté samedi le port de Folle-Anse, avec les 843 tonnes de cannes chargées jeudi

Le déblocage du chenal de Pointe-à-Pitre, ce samedi 12 juin, a permis la reprise du transfert des cannes de Marie-Galante vers le « continent », après huit jours d’interruption des rotations, liée à l’accident de la première barge, puis à l’action des pêcheurs. 

A Marie-Galante, chaque jour compte actuellement pour tenter de sauver la récolte cannière 2021, via le transfert de la production vers l’usine Gardel au Moule. Or aucune canne n’avait pu quitter l’île depuis le 3 juin. Ce soir-là, la barge « Trinity », qui assurait initialement le transbordement, était percutée par un caboteur, en arrivant à Pointe-à-Pitre. Endommagée, elle n’était plus en mesure de poursuivre sa mission.

Une autre barge, « Kukui », d’une autre société, devait prendre le relais jeudi. Venue de Saint-Martin, elle a pu gagner le port de Folle-Anse, et charger les 843 tonnes de cannes livrées ce jour-là. Mais elle a dû rester sur place, ne pouvant accéder au port de Pointe-à-Pitre, bloqué depuis la veille par les marins-pêcheurs. Après l’accord signé dans ce conflit, l’embarcation a finalement levé l’ancre samedi après-midi, vers 15h, avec à son bord, des cannes qui en deux jours, ont probablement perdu du sucre, au détriment de la Sucrerie-Rhumerie de Marie-Galante, qui les a achetées. 48 heures pendant lesquelles la coupe s’est poursuivie, sans que la canne puisse être livrée tout de suite ; la perte de richesse, cette fois, sera pour les planteurs. Et surtout, ces huit jours de retard, qui s’ajoutent aux contretemps antérieurs, ne pourront être rattrapés pour cette campagne 2021.

Encore 50 000 tonnes de cannes à récolter

Depuis le lancement effectif des opérations de transfert, le 21 mai, huit chargements seulement ont pu être effectués, pour un total de 6 200 tonnes. Il en reste encore au moins 50 000 dans les champs. A raison de 800 à 900 tonnes par chargement, il faudrait encore près de deux mois de récolte, ce qui n’est pas envisageable, puisque la sucrerie Gardel devrait cesser de tourner bien avant, sans doute courant juillet. Après l’arrêt habituel du dimanche, les rotations vont reprendre ce lundi, avec l’objectif de tenir le rythme d’un convoyage quotidien. Car chaque jour de transport perdu aujourd’hui sera autant de cannes qui resteront debout cette année à Marie-Galante…