publicité

Capesterre de Marie-Galante sous la loupe des décideurs

Le préfet et plusieurs élus à Capesterre-de-Marie-Galante aujourd’hui, pour faire le point sur les échouages de sargasses. Le Syndicat des bouchers de l’île, lui, regrette que le dossier de l’abattoir, ne soit pas également à l’ordre du jour de cette visite.
 

© J-M. Mavounzy
© J-M. Mavounzy
  • S. Prudent, M-L. Plaisir et J-M. Mavounzy
  • Publié le , mis à jour le
Le préfet, les représentants du Département et de la Région, et le sénateur Dominique Théophile en déplacement à Capesterre, pour faire le point sur les échouages d’algues brunes depuis fin décembre. La délégation a rencontré les élus de l’île et le collectif anti-sargasses. 
LE PREFET A CAPESTERRE DE MARIE GALANTE
Les sargasses sont cependant le seul sujet à l’ordre du jour de cette visite. De quoi alimenter la colère des éleveurs et bouchers de l’île. L’abattoir de Marie-Galante est fermé sur arrêté préfectoral depuis fin juillet dernier. Beaucoup de professionnels de cette filière s’inquiètent : risques sanitaires liés aux abattages clandestins, viande non écoulée, perte de chiffres d’affaires…
Anatole Léandre, président du syndicat des bouchers de Marie-Galante, ne comprend pas pourquoi ce dossier est au point-mort, alors qu’il y a urgence.

Anatole Léandre, président du syndicat des bouchers de Marie-Galante

Une position qui n’est pas partagée par l’ensemble des professionnels de l’élevage de l’île. Une partie des éleveurs regroupés au sein de la coopérative COOPEMAG ne sont pas hostiles au traitement de leurs animaux par l’abattoir du Moule.
 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play