publicité

Méfiez-vous de la drogue du violeur

Guadeloupe La 1ère vous propose ce soir le témoignage d'une jeune femme victime de la drogue du violeur. Elle raconte comment une soirée entre amis a failli mal tourner. Ces substances mélangées à un verre d'alcool peuvent conduire à des malaises et à des amnésies.

© bref
© bref
  • Guadeloupe La 1ère (Documentation : Doctissimo)
  • Publié le , mis à jour le
C'est un produit stupéfiant souvent utilisé à des fins de soumission chimique, ce qui lui a valu son surnom de drogue du violeur. Versées dans le verre des victimes, certaines substances annihilent toute velléité de résistance et entraînent une amnésie partielle de la soirée. Ce phénomène inquiétant touche prioritairement les femmes et les jeunes. Une jeune femme témoigne aujourd'hui. Elle déclare en avoir été victime mais n'a pas été violée. C'était à l'occasion d'une sortie dans une boîte de nuit. Elle raconte comment sa soirée a pris une tournure inhabituelle et déroutante.
LA DROGUE DU VIOLEUR



 

 

Les femmes et les jeunes sont les premières victimes

Les faits surviennent principalement au domicile de la victime ou de l'agresseur ou dans un lieu festif. Les médicaments les plus souvent utilisés par les criminels sont des benzodiazépines, et dans une moindre mesure d'autres sédatifs comme les antihistaminiques, les analgésiques, des anesthésiques (dont le fameux GHB) et des antidépresseurs. Une amnésie (52 % des cas), des troubles de la vigilance (39 %), des lésions traumatiques (31 %) et des troubles visuels (6 %) sont les symptômes les plus souvent décrits qu'ils soient en rapport avec les substances consommées ou secondaires à l'agression.

De telles agressions doivent être suspectées lorsque des troubles du comportement (confusion, désorientation, amnésie, trouble de la vigilance) sont associés à des signes d'agressions (trace de coups, désordres vestimentaires…) et/ou un vol (carte bleue, chéquier…). En cas de doute, vous devez  faire l'objet d'une prise en charge spécifique dans un service d'urgences médicales ou médico-judiciaires qui réalisera les prélèvements biologiques adaptés (sang, urines et éventuellement cheveux) et vous incitera à porter plainte. N'oubliez pas que des associations d'aide aux victimes pourront également vous soutenir.

Sur le même thème

  • santé

    CHU de Pointe-à-Pître/Abymes : Les inquiétantes conclusions

    Une mission d’expertise a été menée, par le cabinet « Indigo » depuis le 24 septembre 2018, pour s’enquérir des conditions de travail, de la santé et de la sécurité des agents, ou encore des conditions d’accueil des patients. Une enquête de terrain qui révèle des informations plutôt inquiétantes…
     

  • santé

    Zika : les avancées de la recherche

    Des chercheurs de Guadeloupe épaulés par d'autres équipes françaises ont publié vendredi dernier une étude qui lève le voile sur les effets à long terme du virus du Zika. Le virus est certes bien connu mais la fréquence d'apparition des complications neurologiques étaient encore un mystère.

  • santé

    « Le service public hospitalier est en danger »

    C’est en tout cas l’un des sentiments qui ressortent du sondage mené par la Fédération Hospitalière de France. 6.000 personnes ont répondu à cette consultation dans l’hexagone mais aussi outre-mer. Le manque de moyens réservés à la santé inqiète en Guadeloupe 

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play