Mercredi des cendres : l’apothéose d’un carnaval de la dernière heure.

carnaval
MDC 1
©G. Blanquet
Ce mercredi des cendres, les carnavaliers ont bu le calice du cru 2022 du carnaval jusqu’à la lie. Un calice qui les as conduits, tant à Basse-Terre qu’à Pointe à Pitre, dans un désordre ordonné à travers les rues des deux cités.

Ils ont tout fait pour retenir le plus longtemps possible la dernière nuit de carnaval. Comme si, tant qu’ils resteraient ensemble, marchant, dansant, chantant ou riant, la nuit ne tomberait jamais sur ce carnaval 2022.

D’abord, sans besoin de concertation entre eux, les groupes ont tous veillé à sortir le plus tard possible. Bien sûr, les aficionados de chaque groupe sont arrivés très tôt, histoire d’être là, d’être dans l’ambiance, de se mettre au parfum, les préliminaires habituels des longues nuits de carnaval

Et puis, ils sont partis. Chaque groupe selon son propre parcours, prêts à aller embraser les rues.
Et ces résistants de la nuit, vont et viennent, et leurs pas écrivent déjà l’histoire de ce dernier jour du carnaval 2022.

Séquence 
 

©Guadeloupe

Une histoire qui laissera des impressions fortes dans le cœur et l’esprit de tous les participants et aussi dans celui des spectateurs.
Le Carnaval 2022 a vraiment eu lieu. Il s’est vraiment vécu dans les rues et surtout, Il a réparé ceux que la pandémie avait enfermés en eux-mêmes, libérant une énergie contenue que seuls les défilés de ses trois jours de liesses populaires pouvait mettre en action. 

MDC2
©G. Blanquet

Et même si les règles sanitaires n'étaient pas loin, l'absence de "brilé vaval" en est une preuve, la fête a duré tard dans la nuit pour que l'écho de ces trois jours résonnent jusqu'à la mi-Carême et l'inspirent tout autant. 
 

©Guadeloupe
MDC3
©G. Blanquet