Militaires et désertion : une trentaine de jeunes devant le tribunal

justice
déserteurs RSMA
©L. Guiolet-Oulac et L. Gaydu

Ils sont une trentaine de jeunes à avoir renoncé à leur formation militaire au RSMA de Guadeloupe. Ce lundi 29 mars, ils étaient convoqués au tribunal pour désertion.

La désertion dans le monde militaire n'est pas à prendre à la légère. Et c'est une infraction pénale considérée comme grave qui peut être punie jusqu'à trois ans d'emprisonnement ferme. C'est ce qui est arrivé à plusieurs jeunes militaires du Régiment du service militaire (RSMA) de Guadeloupe. Ils sont une trentaine à avoir eu à répondre de leurs actes, ce lundi 29 mars, devant le tribunal.

La désertion consiste à abandonner son poste sans autorisation préalable de l’autorité militaire. Comme ce jeune homme, au lieu de poursuivre sa formation militaire, il a renoncé à sa formation au RSMA.

On est sous des ordres, on est sous des obligations. Et ce n'est pas le bonheur.

Un déserteur du RSMA

Des garçons qui viennent dans la chambre des filles, de l'alcool dans les chambres...

 

Cette jeune femme a également préféré s'éloigner du camp militaire. Elle y dénonce, de son côté, un climat anxiogène.

Pour rappel, le RSMA adapté de la Guadeloupe est un dispositif militaire d'insertion socio-professionnelle des jeunes ultramarins, de 18 à 25 ans, éloignés du marché de l'emploi. Ainsi, outre une formation militaire de base, chaque stagiaire reçoit également une formation professionnelle pour développer ses savoir-faire afin d'acquérir une compétence professionnelle.

Maître Gérald Coralie, avocat de l'un des jeunes déserteurs, explique que le RSMA a un statut particulier. Avant d'être un centre de formation, il est avant tout un centre militaire. 

Maître Gérald Coralie

De son côté, le régiment n'a pas souhaité s'exprimer au micro mais tient à préciser que durant toute la démarche d'un rapport de désertion, les jeunes déserteurs sont contactés.

Ils sont aussi informés lors de leur entrée au régiment des règles et de la discipline et de toute la procédure de désertion. Se retrouver devant le tribunal ne peut pas être une surprise.

Le régiment du RSMA

 

Finalement, le tribunal a condamné la plupart des jeunes déserteurs à des peines avec sursis.