Mobilisation des organisations syndicales devant le centre commercial de Baie-Mahault

social
Manifestants devant Carrefour
©Alexandre Houda
La nouvelle mobilisation des opposants à l'obligation vaccinale et le pass sanitaire et les militants du "collectif des organisations de lutte", a mené le cortège au centre commercial de Baie-Mahault, ce samedi 18 décembre. Une manifestation devant les entrées du magasin qui a fermé ses portes.

Le ministre de la Santé a annoncé qu’à partir du 30 janvier, une troisième dose de vaccin anti-Covid sera obligatoire pour les soignants et les pompiers. Olivier Véran évoque la présence de plusieurs clusters hospitaliers du variant Omicron, notamment en région parisienne.

Des annonces, qui chez nous, risquent de renforcer la détermination du collectif des organisations en lutte contre l’obligation vaccinale et le pass sanitaire. Après un meeting au Palais de la mutualité, à Pointe-à-Pitre, jeudi, un second, hier soir, à Basse-Terre, les manifestations s'étaient donnés rendez-vous dans les rues de Baie-Mahault, ce samedi matin. 

Très rapidement, la marche revendicatrice a mené les membres et partisans du "collectif des organisations de lutte" vers le centre commercial de la commune. Le plus grand du département. Stationnés devant l'entrée principale, dès 11h30, empêchant l'accès aux clients, les militants se sont peu à peu disséminés, à toutes les entrées, au rez-de-chaussée et à l'étage du centre commercial. 

Une opération qui a contraint les responsables du magasin à fermer toutes ses portes. Les clients ont ainsi été invités à patienter à l'intérieur. Une situation qui a provoqué quelques frictions entre manifestants et clients, mais sans toutefois s'envenimer. 

A l'extérieur, un important dispositif de gendarmerie a été déployé. La bretelle donnant accès au centre commercial, sur la route nationale 1, depuis Pointe-à-Pitre, est inaccessible, bloquée par les forces de l'ordre. 

Ce coup de force des manifestants n'est pas anodin. Il est même symbolique. Le centre commercial de Destreland est souvent pointé du doigt par les syndicalistes. Pour les responsables, il était important de "toucher le porte-feuille" des responsables du magasin. Ils espèrent que cette opération pourra faire avancer les négociations. 

©Guadeloupe