publicité

Moins d'odeur de sargasse dans l'air...pour le moment

Il y a moins de sulfure d’hydrogène dans l’air, selon les dernières mesures effectuées par Gwadair. Mais il ne faut pas se réjouir trop vite. De nouveaux bancs de sargasses sont en approche des côtes sud de l’archipel.

Prévisions de la DEAL (Direction de l'Environnement, de l’Aménagement et du Logement) : Radeaux de sargasses, positions de détection (points verts), trajectoires (pointillés blancs), positions le 21/06/2018 à 00:00 (heure locale) et positions d'échouages prévues (points rouges) sur la Guadeloupe. © Hydro-cote (Aymeric JOUON)
© Hydro-cote (Aymeric JOUON) Prévisions de la DEAL (Direction de l'Environnement, de l’Aménagement et du Logement) : Radeaux de sargasses, positions de détection (points verts), trajectoires (pointillés blancs), positions le 21/06/2018 à 00:00 (heure locale) et positions d'échouages prévues (points rouges) sur la Guadeloupe.
  • Par François-Joseph Ousselin
  • Publié le , mis à jour le
Les dernières mesures du sulfure d’hydrogène en Guadeloupe font apparaître une baisse des niveaux d’émanation du gaz. . La diminution de la fréquence et de l’intensité des échouages de sargasses explique ce répit.  Selon Gwadair, seule la plage de Pompière, à Terre de Haut montre, un taux encore élevé.
Mais ce répit sera de courte durée. De nouveaux radeaux d’algues sargasses sont attendus cette semaine. Ils devraient notamment impacter les îles du Sud.
 

Des prévisions basées sur les images satellite de Sentinel 3 du week-end dernier…


Des clichés qui sont restés inexploitables tout au long de la semaine dernière à cause de l’importante couverture nuageuse qui régnait sur l’atlantique. Et ces observations malheureusement tardives nous montrent des radeaux à proximité de l’archipel : Au sud-sud-est de Marie Galante, dans le canal de la Dominique et au sud-est de la Désirade. 
Des bancs qui, sous l’influence des courants de surface du moment, devraient effectivement impacter la Guadeloupe dans les prochaines heures et tout particulièrement les Îles du sud. La direction de l’environnement de l’Aménagement et du Logement estime le risque d’échouage à "fort" pour Marie-Galante, la Désirade et les Saintes cette semaine.
Les Saintes et le site de Pompière qui sont justement et étrangement la seule ombre au tableau de mesure du sulfure d’hydrogène en date du 28 juin dernier. Les taux alors compris entre 1 et 5 ppm impliquant comme la règle le stipule, en enlèvement immédiat des algues et une information du public avec un accès déconseillé aux personnes sensibles et fragiles. Ramassage qui devra désormais s’opérer dans les 48h après échouage comme annoncé par Nicolas Hulot et Annick Girardin lors de leur visite en Guadeloupe.

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play