Myriam Chollet finalement maintenue à la tête du GIP-RASPEG

social
Myriam Chollet directrice du GIP-RASPEG
Myriam Chollet reste le visage du GIP-RASPEG ©GIP-RASPEG

Myriam Chollet a postulé et a été réintégré son poste de directrice générale du GIP-RASPEG, ce mercredi 27 janvier 2021. Décision prise lors du conseil d'administration de la structure. La Région Guadeloupe se félicite de ce maintien. Remontons le fil des remous qui ont mené à cette confirmation.

Tant de tergiversations pour que, finalement, Myriam Chollet soit maintenue au poste de directrice générale du "Groupement d'intérêt public - Réseaux et actions de santé publique, en Guadeloupe, à Saint-Martin et Saint-Barthélemy" (GIP-RASPEG) !

Cette structure coordonne les réseaux de santé, dans nos îles. Elle est notamment à l’origine, en 2016, de la plateforme d’appui territorial qui permet, à l’image d’un parcours de soin, une organisation rationnelle des structures et associations de santé, pour améliorer la prise en charge des usagers, notamment pour les maladies chroniques telles que le diabète ou l’hypertension. 

Chronologie d'un jeu de chaises musicales avorté

Le feuilleton a débuté début juin 2020, lorsque la dirigeante prend la parole ; elle soupçonne alors que le démantèlement de la structure soit envisagé. Dès lors, l'Agence régionale de santé (ARS), dont on ne comprenait pas les desseins, était pointée du doigt, également par nombre d'élus de Guadeloupe.

Une semaine plus tard, l'ARS s'est inscrite en faux, dans un communiqué :

L'ARS n'a jamais souhaité ni envisager de démanteler les actions conduites par le GIP. Il n'y a ni harcèlement, ni acharnement ; il y a un travail collaboratif pour un projet d'avenir et d'envergure.

Pour autant, il a été demandé à Myriam Chollet de réintégrer son poste, au sein de la Caisse Générale de Sécurité Sociale (CGSS) de la Guadeloupe. La Guadeloupéenne était détachée pour occuper ses fonctions, au sein du Groupement d'intérêt public.

Le souhait de la directrice de l'ARS était alors, selon ses dires, de permettre l'émergence de "nouveaux talents issus du département souhaitant revenir au pays". Le 12 janvier 2021, Valérie Denux annonçait d'ailleurs la publication imminente de la vacance du poste de directeur du GIP-RASPEG, en vue d'un appel à candidature. 

Cela a provoqué une levée de boucliers, de la classe politique locale, venue en soutien de la dirigeante, dont chacun vantait les mérites.


Maintenue en CA

Au final, Myriam Chollet a été réintégrée à son poste de Directrice générale du GIP-RASPEG, ce mercredi 27 janvier 2021, à l'occasion du conseil d'administration de la structure.
Celle-ci a dû candidater, après publication de la fiche de poste, comme d'autres prétendants au siège qu'elle occupait. Cette procédure avait été actée par le CA, présidé par Gérard Cotellon.
La phase de recrutement a duré 15 jours, pour que les décideurs jugent que Mme Chollet est la mieux placée, en terme de compétences et d'expérience, pour amorcer la mutation à venir du GIP, en Dispositif d'appui à la coordination (DAC).

Le président de la Région Guadeloupe, Ary Chalus a exprimé sa satisfaction de voir Myriam Chollet retrouver ses fonctions, dans un communiqué, que vous pouvez consulter ci-dessous :

Communiqué de la Région Guadeloupe - maintien de Myriam Chollet à la tête du GIP-RASPEG

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live