Ne relâchons pas nos efforts contre l'Aedes Aegypti, moustique vecteur de la dengue !

dengue
moustiques
130 nouveaux cas évocateurs de dengue ont été dénombrés, en Guadeloupe, depuis le début du mois de juin. L'épimédie est toujours en cours, dans l'archipel, mais aussi dans les îles du Nord. La lutte contre les moustiques doit être poursuivie.

Une lutte individuelle... et collective contre la dengue

Moustique né chez nous
©Agence régionale de santé de Guadeloupe et Iles du Nord

La plupart du temps, le moustique qui vous pique est né chez vous

Voilà un slogan qui aurait dû faire mouche ! Pourtant les moustiques prolifèrent toujours, dans et autour de nos habitations.
Par cette campagne de sensibilisation, l'Agence régionale de santé de Guadeloupe et des îles du Nord a voulu inciter chaque habitant à éliminer les gites larvaires dans son environnement immédiat. Le moindre point d'eau stagnante (vase, pneu usager, trou d'eau, goutière, fût, citerne...) est un lieu de ponte pour les femelles Aedes Aegyti, ces moustiques vecteurs de la dengue.

Sans l’appui de la population, les acteurs de la lutte antivectorielle ne pourraient pas faire face.

 

Point épidémiologique

 
  • en Guadeloupe
Dans l'archipel guadeloupéen, l’épidémie de dengue se poursuit à des niveaux modérés, depuis début avril. Le sérotype circulant majoritaire est le sérotype 2. Des foyers épidémiques ont été identifiés dans les communes de Bouillante, Petit-Bourg, Le Gosier et Saint-François.
Depuis le début de l'épidémie, en octobre dernier, 9 010 cas cliniquement évocateurs ont été dénombrés, dont 130 cas depuis le début du mois de juin.
La phase 4, niveau 1 du programme de surveillance, d'alerte et de gestion des épidémies (PSAGE) de dengue a été décrétée pour la Guadeloupe : "épidémie confirmée".
 
  • à Saint-Martin
Même situation à Saint-Martin : niveau modéré d'épidémie. Mais dans cette île du Nord, le sérotype majoritaire est le 1. La lutte anti-vectorielle a identifié un nombre plus important de cas confirmés, au cours des quatre dernières semaines, dans les quartiers Cul-de-sac, Baie Orientale et Baie Nettlé et Jardin d’Orient.
Depuis janvier 2020, il y a eu 1 630 cas évocateurs.
La phase 3 du PSAGE Dengue a été décidé, pour Saint-Martin : "épidémie confirmée".
 
  • à Saint-Barthélemy
A Saint-Barthélemy, depuis la mi-avril, les indicateurs de surveillance épidémiologique sont à des niveaux élevés. Selon les services de la lutte anti-vectorielle, en charge des enquêtes auprès de chaque cas confirmé, le nombre de cas est réparti sur toute l’île. Toutefois les quartiers qui enregistrent un nombre plus important de cas confirmés, durant les quatre dernières semaines, sont : Marigot, Lorient, Gustavia, Vittet, Grand cul de sac et Saline. Le Comité technique de suivi de la dengue considère que la circulation actuelle de la dengue correspond à une situation épidémique. Le comité de gestion pourra être consulté, prochainement, pour discuter éventuellement d’un changement de phase du Psage.
Depuis décembre 2019, 477 cas cliniquement évocateurs ont été enregistrés ; 165 cas ont été biologiquement confirmés.
C'est le sérotype 2 qui prédomine sur l'île.