publicité

La nomination d'un délégué interministériel à la concurrence Outremer fait réagir en Guadeloupe

Les réactions ne se sont pas faites attendre après la nomination d’un délégué interministériel à la concurrence outre-mer par Annick Girardin et le ministre de l’économie Bruno Le Maire. Il aura la lourde tache d’analyser la structure des prix dans nos régions
 

  • Guadeloupe La 1ère
  • Publié le
Un rôle qui ne se limitera pas à cette seule analyse puisqu'il lui reviendra aussi de traquer les abus de concurrence et de position dominante. Il existe pourtant une loi dite « Lurel » sensée mettre en place des parades pour lutter contre la vie chère en Outre-mer. Mais, pour beaucoup, le gouvernement n’actionne pas les dispositifs déjà en place.
Par ailleurs, de leur côté, les associations de consommateurs ne semblent pas être très convaincues par la nomination d’un nouveau délégué interministériel à la concurrence désigné par le gouvernement. Certaines n'hésitent pas à souligner que le bilan des mesures de 2009, après le LKP, n’a même pas encore été réalisé.
DELEGUE A LA CONCURRENCE LES REACTIONS
Enfin, certains voient en cette nomination une volonté du gouvernement d'en arriver à terme à la remise en cause définitive de l'indexation en Outremer

Sur le même thème

  • consommation

    Indice des prix à la hausse au cours du mois de Mai

    L’indice des prix à la consommation des ménages de la Guadeloupe a légèrement augmenté entre avril et mai 2019 (+ 0,2 %). Les prix sont en hausse de 1,4 % sur un an, entre mai 2018 et mai 2019.

     

  • consommation

    Un avis de rappel pour le reblochon au lait cru

    Suite à l’identification dans l’hexagone de plusieurs cas d’infection à la salmonelle de personnes ayant consommé du reblochon au lait cru produit par l’entreprise La Fromagerie La Tournette, un rappel a été effectué au niveau national sur plusieurs produits de cette fromagerie

  • consommation

    Des produits nocifs au bout des doigts

    Des études ont montré que des produits se trouvant dans les vernis a ongles semi-permanents pourraient être cancérigènes pour les utilisatrices mais aussi pour les professionnels de la manucure. Les utilisatrices auraient donc des produits nocifs au bout des doigts

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play