Obligation de port du masque dès le CP : quel impact sur les établissements scolaires de l'archipel ?

manifestation
Mobilisation de parents d'élèves à la Boucan 04.03.2021
©Jean-Marie Mavounzy

L'obligation, pour les élèves des écoles élémentaires, de porter le masque en milieu scolaire, entre en vigueur ce jeudi. Mais la mesure est toujours farouchement accueillie, par une partie des parents d'élèves. Certaines écoles ont fonctionné presque normalement, d'autres ont été bloquées.

C'est ce jeudi 04 mars que l'obligation de porter le masque, pour les élèves du CP au CM2 entre en vigueur.
Comme promis, les parents opposés à cette mesure ont manifesté, çà et là : des blocages et rassemblements ont eu lieu.

Notons tout de même que les parents réfractaires au port du masque ne sont pas les seuls responsables des fermetures d'établissements, dans l'archipel, puisque simultanément l'UTC-UGTG est mobilisée, dans les collectivités, si bien que certains maires ont spontanément décidé de ne pas ouvrir les écoles, en cette fin de semaine.

Faisons un tour d'horizon d'actions à l'initiative de parents, en divers points de la Guadeloupe.

Ecole de Christophe, à Goyave

Le retour en classe, au sein de l'école de Christophe, à Goyave, s'est déroulé sans encombre. La mesure dictée par le rectorat a été appliquée : tous les écoliers présents portaient leur masque ; ils ont donc été accueillis, au sein de l'établissement.

Une seule maman a ouvertement manifesté sa désapprobation. Mais, étant dans l'incapacité d'assurer l'école à la maison, celle-ci a envoyé son enfant à l'école, avec le masque exigé. Cela avec regret.

©Laetitia Broulhet - Olivier Duflot - Guadeloupe la 1ère

La directrice de cette école, Janice Sabas, entend faire preuve de bon sens, en prévoyant des aménagements, afin de permettre aux élèves de "sortir respirer", chaque fois que nécessaire :

©Laetitia Broulhet - Olivier Duflot - Guadeloupe la 1ère

Précisons que le rectorat impose à tous les élèves, à partir du cours préparatoire, "de porter un masque dans les espaces clos comme dans les espaces extérieurs de l’établissement scolaire. Les élèves de maternelle en sont toujours dispensés". Si bien que dans d'autres écoles, le masque reste obligatoire à la récréation, mais aussi à la pause méridienne.

Les professeurs de l'école de Christophe, pour leur part, reconnaissent les inconvénients et l'inconfort du masque. Ils semblent, malgré tout, penser que la mesure, bien que contraignante, reste indispensable, pour faire barrage au virus. Ecoutons, à ce sujet, le professeur des écoles, Stéphanie Berny, en charge d'une classe de CE2/CM1 :

©Laetitia Broulhet - Olivier Duflot - Guadeloupe la 1ère
Ecole de Christophe, à Goyave
©Laetitia Broulhet

 

Ecole Gaston Michineau, à Basse-Terre

L'école "Gaston Michineau" de Petit-Paris, à Basse-Terre était, elle, déjà bloquée, quand une dizaine de parents est venue s'y rassembler, afin de dire NON au masque dès 6 ans, en milieu scolaire. Ceux-ci ont bien l'intention d'empêcher l'application de la mesure rectorale, comme le confirme ce papa :

©Thierry Philippe - Guadeloupe La 1ère

 

La Boucan, à Sainte-Rose

Du côté de La Boucan, à Sainte-Rose, un collectif de parents d'élèves s'est mobilisé aussi, mais pas devant un établissement scolaire.
Alors que le rectorat et la préfecture ne leur laissent pas le choix sur cette question de port du masque en élémentaire, ils ont choisi d'exprimer leur mécontentement, au niveau du stratégique rond-point... de manière singulière : ils ont inlassablement traversé la chaussée, sur le passage piéton, causant de fortes perturbations, sur le trafic routier.

De simples citoyens et des artistes se sont joints aux parents d'élèves. Ecoutons, tour à tour, Rudy Tessier, secrétaire d'un collectif de parents d'élèves, l'artiste Edson X et Ludovic Tolassy, leader du mouvement Moun Gwadloup :

©Jean-Marie Mavounzy - Guadeloupe La 1ère

L'ambiance était relativement tendue, ce jeudi matin, à La Boucan Sainte-Rose...

©Jean-Marie Mavounzy - Guadeloupe La 1ère

 

 

Les Outre-mer en continu
Accéder au live