Ouverture du tunnel de Perrin, entre liesse et couac

travaux publics
Ouverture du tunnel de Perrin
©Eddy Golabkan

Ca y est : les voitures peuvent emprunter le tunnel de Perrin, aux Abymes. L'ouvrage, qui vise à fluidifier la circulation, sur la RN5, entre Pointe-à-Pitre et Morne-à-l'Eau, a été ouvert aux véhicules légers... sauf qu'un bus a tenté de passer et a endommager le pont...

L'ouverture, en grande pompe 

Ouverture du tunnel de Perrin
©Eddy Golabkan

Le tant attendu tunnel de Perrin, aux Abymes, a été ouvert, dans la matinée de ce jeudi 17 décembre, sous l'oeil de plusieurs dizaines d'officiels et de journalistes.
Il s'agit, pour être plus précis, d'un "passage souterrain à gabarit réduit" (PSGR), qui s'ajoute à un carrefour giratoire jusqu'ici pointé du doigt, car générant de conséquents embouteillages, au quotidien, aux heures de pointe.
Mais cela, c'était avant, à en croire la Région Guadeloupe.

Désormais, le nouvel ouvrage a la lourde responsabilité de désengorger la circulation habituelle, soit près de 25.000 véhicules par jour, mais aussi, très prochainement, d'absorber les allées et venues des futurs usagers du nouveaux Centre hospitalier universitaire de la Guadeloupe (CHUG), qui siégera dans la section voisine de Dothémare.

Le président de région, Ary Chalus, n'a pas boudé son plaisir de participer à l'ouverture du premier PSGR guadeloupéen :

©Eddy Golabkan et Jean-Marie Mavounzy - Guadeloupe La 1ère

Les habitués de cet axe, heureux d'inaugurer le tunnel, sont impatients d'en voir les effets, sur la circulation :

©Eddy Golabkan et Jean-Marie Mavounzy - Guadeloupe La 1ère

Parmi les usagers satisfaits de l'ouverture du tunnel, les acteurs du Service départemental d'incendie et de secours (SDIS). Le plus grand centre de secours de l'archipel, qui assure 25% des interventions de l'archipel, est voisin de la nouvelle infrastructure. Félix Antenor-Habazac, directeur du SDIS Guadeloupe, est heureux de la perspective de gagner en efficacité :

©Eddy Golabkan et Jean-Marie Mavounzy - Guadeloupe La 1ère


Que faut-il savoir de ce PSGR ?

Les deux voies du tunnel (sens Pointe-à-Pitre/Morne-à-l'Eau et Morne-à-l'Eau/Pointe-à-Pitre) sont limitées à 50 km/h.
Long de 60 mètres et d'une largeur de 12 mètres, il a été paré d'un revêtement acoustique, pour le confort des usagers et des riverains.
Le trafic Nord-Sud de la route nationale 5, majoritaire, ne passera plus par le giratoire. L'anneau sera rendu au trafic local (route départementale 106).
Coût de l'opération : 9 millions d'euros.
La voiture de Guadeloupe la 1ère fait partie de celles qui ont traversé l'ouvrage, dès aujourd'hui :

©Jean-Marie Mavounzy - Guadeloupe la 1ère

Pour Sully Pandolf, directeur général de Routes de Guadeloupe, les choses sérieuses débutent aujourd'hui. Charge désormais au syndicat mixte de gestion, d'entretien et d'exploitation des routes de l'archipel de veiller au grain :

©Eddy Golabkan et Jean-Marie Mavounzy - Guadeloupe La 1ère


Premier incident

L'ouvrage a été endommagé, à peine une demi-heure après avoir été ouvert. Le chauffeur d'un bus a voulu, lui aussi, emprunter ce nouvel axe, ne sachant pas qu'il est réservé aux véhicules légers inférieurs à 2,50 mètres (le panneau d'interdiction installé sur le pont indique 3 mètres). Pourtant, la foule d'officiels présents lui a fait signe de s'arrêter... en vain. Le transport en commun a heurté le haut du tunnel. Des plaques de protection en sont tombées.
Il a fallu dégonfler les pneus de l'engin, pour qu'il puisse faire marche arrière et évacuer le site.

©Réseaux Sociaux
©Jean-Marie Mavounzy - Guadeloupe la 1ère

Il appartient aux usagers, désormais, de respecter le signalisation...

Les Outre-mer en continu
Accéder au live