Pas assez dynamique, la plage du bourg de Sainte-Anne a été fermée

coronavirus
Plage de Sainte-Anne
©Éric Stimpfling
Par un arrêté en date du 23 août 2021, le maire de Sainte-Anne a complètement interdit l'accès à l'ensemble des plages de la commune, pour les activités de baignade et pour les marchands ambulants. Une mesure prise pour stopper les abus et une occupation loin d'être "dynamique".

Le maire de Sainte-Anne, Christian Baptiste, n'a pas attendu que le préfet donne un nouveau coup de vis. Il a pris les devants en publiant un arrêté visant à interdire définitivement l'accès aux plages de la commune. Dès ce mercredi 25 août et jusqu'au 1er septembre 2021, il ne sera donc plus possible de se baigner du tout, même entre 5h et 11h comme le permet jusqu'à présent l'arrêté préfectoral.

Trop d'abus

La mairie s'est décidée à sévir car la fréquentation de la plage restait trop élevée compte-tenu de la situation sanitaire critique de la Guadeloupe. Visiblement, les usagers des lieux ont leur propre interprétation du mot "dynamique".

Nous avons fait une tournée vendredi (20 août 2021) et les gens nous ont bien accueilli et se montraient conscients par rapport à la gravité de la situation. Tous nous ont assuré être là pour un petit moment, mais on sentait bien qu'ils allaient s'attarder une fois les contrôles passés.

Lydia Couriol, adjointe au maire de Sainte-Anne

 

Pour la mairie, l'usage de la plage, dans le cadre de l'arrêté préfectoral, est clair. Il consiste en une baignade de 10 à 15 minutes, avant de reprendre son véhicule et rentrer au domicile. Les usagers, eux, n'ont pas la même vision des choses. Dynamique ne signifie pas naviguer entre le rivage et sa serviette parfois durant plusieurs heures, ou de rester dans l'eau un long moment.

Dès lors que la présence sur la plage excède la demi-heure, sans être à l'eau, elle constitue une infraction à l'arrêté préfectoral. Surtout si en plus un petit jeu s'installe entre les usagers et la police municipale.

Les policiers municipaux ont constaté que dès qu'ils arrivent, les gens qui étaient sur des chaises ou alors sur leurs serviettes vont à l'eau pour revenir sur les serviettes une fois la brigade passée. Cela devient ingérable !

Lydia Couriol - adjointe au maire de Sainte-Anne

 

Difficile dans ces conditions de faire vraiment baisser la fréquentation de la plage à un moment où le pays est bousculé par la circulation active du variant Delta. Alors, plus de pédagogie, la mairie ferme tout bonnement la plage du bourg et toutes les plages de la commune pour les derniers jours de vacances. Une interdiction qui concerne aussi les commerces à proximité, qu'ils soient ambulants ou pas.

"Un petit sacrifice nécessaire" car l'équipe municipale le rappelle, la commune connaît une forte circulation du virus qui a engendré plusieurs décès.