guadeloupe
info locale

L'avant-première de l'exposition "le modèle noir" de Géricault à Picasso en Guadeloupe

art
Le modèle noir
Aurélie Zubar
L'exposition "le modèle noir" vient s'installer au Mémorial ACTe, jusqu'au 29 décembre 2019. L'occasion pour les experts et primo-visiteurs de se pencher sur les figures noires qui sont à leur apogée dans l'histoire de l'art. 
Après le musée d’Orsay, c’est au Mémorial ACTe que cette exposition a pris place. Une thématique sensible dans un espace consacré au souvenir de la traite négrière et de l’esclavage n’est pas anodine.
C’est à travers une centaine d’oeuvres que l’évolution de la représentation des femmes et des hommes de couleur est retracée.
Souvent « marginalisées » parfois invisibles, les figures noires ont une place particulière dans l’art. « Il ne s’agit pas d’une exposition sur la représentation des Noirs perçus comme un groupe social. C’est bien aux modèles que nous nous intéressons..., représentés par l’artiste aussi bien que porteurs de valeurs...», précise Laurence Des Cars présidente des musées d'Orsay et de l'Orangerie dans l’extrait du catalogue de l’évènement.
Il s’en suit un long discours du commissaire d’exposition, et président du mémorial acte, Jacques Martial, le président du Mémorial ACTe peut alors prononcer des mots qui traduisent l'importance qu'une telle exposition revêt pour son institution. Et de proposer aux invités de découvrir sur 700 m2 les oeuvres d’arts exposées. Le public est séduit.
 

Une Programmation « riche »


Dans les allées, les visages ternis des figures noires plongent dans un passé obscur, et des regards glaçants laissent imaginer la douleur des blessures de l’esclavage.
Quelques prénoms sont mis sur leurs visages, on retrouve Alexandre Dumas, Joseph de l’artiste Adolphe Brune, Maria Martinez «Marie l’Antillaise », et bien d’autres.

L’un des tableaux qui reste le plus frappant est celui de Joseph le nègre, le plus célèbre des modèles noirs, un corps dénudé mais surtout un physique d'athlète qui l'a rendu célèbre, joseph participe au renouveau des modèles noirs du XIX ème siècle.
 
Joseph
Joseph, le nègre né à Saint-Domingue vers 1793 et mort après 1865 en France métropolitaine. De 1818 à 1865, il est employé par plusieurs peintres français.
Des visiteurs curieux, explorent minutieusement les tableaux « L’argument dominant pendant longtemps était de dire que ces sujets n’intéressent pas le public. Maintenant, c’est fini ! », juge l’historien Pascal Blanchard, spécialiste de l’empire colonial français pour le journal Le Monde.
En rassemblant des toiles, photographies, peintures, l’exposition tente de donner une approche particulière des problématiques politiques et sociales de l’époque comme l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises.
Mais un réel paradoxe est soulevé car la beauté noire suscite une fascination dans l’art même si des siècles de domination sont encore ancrés dans les regards.
Le malaise de notre société est mis en lumière au delà de cette exposition.
 

VOIR AUSSI : Exposition : de Géricault à Matisse, "Le modèle noir" sort de l'ombre au Musée d'Orsay

Voir aussi, à propos de l'exposition : Le Groupe de Recherche ACHAC propose à travers son blog un regard croisé sur l’exposition Le modèle noir, de Géricault à Matisse, en voici la reproduction."À propos du modèle noir : Deux regards croisés sur l’exposition"
Publicité