guadeloupe
info locale

Daniel Gibbs engage son mandat sur la reconstruction de Saint Martin

solidarité saint-martin
secours Irma
©Martin BUREAU / AFP
Plus d’une semaine après le passage d’Irma, Saint Martin tente toujours de se remettre en marche. Mais sur place la situation est très compliquée notamment sur le front de l’organisation de l’aide. Pourtant, le président de la COM, Daniel Gibbs, reste confiant
Entre la peur, la colère, parfois le dépit voir le désespoir, ils sont tous partagés. Sur le banc des accusés, pour ces Saint-Martinois, qui s’expriment au travers des SMS ou des réseaux sociaux lorsqu’ils captent un peu de réseau, l’Etat, qu’ils ne voient guère ou encore le président de la collectivité Saint-Martinoise considéré comme aux abonnés absents…
Dans leurs récrimination d’abord, l’accès à l’aide : « les gens passent leur journée à tenter de trouver de l’eau, de la nourriture ou de l’essence » expliquent t-ils. Ensuite les évacuations.Tous décrivent les mêmes scènes…Des heures d’attente à l’aéroport ou à l’hôpital pour les personnes blessées ou handicapées, pour espérer prendre un vol vers la Guadeloupe.
Et surtout toujours ce sentiment d’insécurité. Désormais c’est aussi la question sanitaire qui les préoccupe : les égouts ont débordé, les ordures ne sont pas toutes ramassées, les rats rodent avec la crainte des maladies qu’ils véhiculent.
Mais, malgré tout, des signes les rassurent : les routes  principales sont enfin dégagées, ils voient les pompiers, EDF et les gendarmes à pied d’œuvre, la société civile qui tentent de se remettre en mouvement. Du coup, ils ont déjà bien compris qu’aujourd’hui, leur meilleur allié reste la patience
Face à ces récriminations qu'il estime malgré tout légitimes, Daniel Gibbs, le président de la Collectivité fait face. Loin de battre en retrait, il engage même toute la durée de son mandat sur la reconstruction de Saint Martin et sur la qualité de ce qui sera fait 
VOIR :
©guadeloupe

Quatre ans et demi pour voir et pour juger, ensuite, il sera temps de le faire savoir au fond des urnes. D'ici là, et à condition d'être épargnée par les prochaines années de cyclones, Saint Martin aura définitivement changé de visage. Irma l'aura forcée à passer aux normes anti-cycloniques et anti-sismiques

Publicité