publicité

SAMU : Patrick Portécop dénonce un classement sans fondement

La réaction du SAMU de la Guadeloupe après le classement des services d’aide médicale d’urgence de France. Le quotidien Le Point a classé les réponses aux appels d’urgence. Mal classé, le SAMU-Guadeloupe s'interroge sur les critères retenus pour l'évaluer. 

  • Ch. Théophile, C. Raymond-Létan et Ch. Danquin
  • Publié le , mis à jour le
SERVICE DE REGULATION DU SAMU GUADELOUPE
Des images qui résument en quelques instants la densité des activités du centre de réception et de régulation du SAMU de la Guadeloupe. Une activité qui ne diminue jamais. 
Alors, lorsque l'hebdomadaire Le Point a publié son enquête sur le taux d’appels non décrochés au sein des SAMU de France, les responsables du Samu de la Guadeloupe ne pouvaient pas cacher leur étonnement  de se voir mal classés. Près de 58% d’appels non décrochés selon le quotidien national.
© Ch. Danquin
© Ch. Danquin
Le Service d’aide médical d’urgence du CHU de la Guadeloupe ne comprend pas ces chiffres. D’autant qu’il n’y aurait aucune donnée qui atteste de ces statistiques. Le Point ne lui a rien transmis. Patrick Portécop, le chef de service du SAMU du CHU de la Guadeloupe n'en reste pas au stade de l'étonnement, il défend, argument à l'appui la réalité du service qu'il dirige.
PATRICK PORTECOP CHEF DE CENTRE DU SAMU GUADELOUPE
© Ch. Danquin
© Ch. Danquin

VOIR AUSSI :
LE SAMU GUADELOUPE


 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play