Sécheresse 2020 : plus d'un million d'euros en faveur de 213 agriculteurs de Guadeloupe

agriculture
tomate sécheresse
©J. Champion
Plus d'un an après le préjudice subi, les 213 agriculteurs reconnus éligibles au fonds de secours, suite à la sécheresse de 2020, commencent à percevoir leurs indemnités. Une enveloppe de plus d'un million d'euros leur a été allouée. L'impact sur la campagne sucrière 2021 sera évalué ultérieurement.

213 agriculteurs de l'archipel guadeloupéen vont bénéficier d'une enveloppe de 1.099.830,55 euros. Ils sont maraîchers, arboriculteurs, planteurs de bananes, apiculteurs ou encore éleveurs et ils ont été reconnus éligibles à une indemnisation, par le Fonds de secours, suite à la sécheresse d'avril à juillet 2020.

Souvenez-vous : cet épisode a été reconnu "calamité agricole", par un arrêté préfectoral daté du 31 août 2020.

Mais ce n'est que début septembre 2021 que le Comité interministériel du Fonds de secours (CIFS) s'est réuni, pour instruire tous les dossiers déposés à la Direction de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt.

La somme que compte allouer l'Etat sera répartie comme suit :

  • Diversification végétale : 850.606,15 €
  • Banane export : 180.962,00 €
  • Fourrages : 46.091,94 €
  • Apiculture : 22.170,46 €

Le paiement de cette indemnisation est actuellement en cours de versement, sur le compte bancaire des professionnels concernés. 

Pour eux, c'est mieux que rien. Mais, en septembre 2020, les agriculteurs craignaient que les sommes qui leur seraient versées soient "loin du compte", dans la mesure où ils ont subi la pénurie d'eau, en plus des aléas climatiques.
Ils sont aussi nombreux à n'avoir pas pu déposer un dossier de demande d'indemnisation, tant la démarche est fastidieuse et les documents à fournir nombreux.

La période reconnue "calamité agricole" a-t-elle été rallongée, comme le réclamait la profession ?
L'an dernier, il était question d'avril à mai, dans l'arrêté préfectoral du 31 août 2020. Or, dans son communiqué daté de ce lundi 27 septembre 2021, la préfecture parle bien de "la sécheresse qui a sévi d’avril à juillet 2020", période plus proche de la réalité... à moins que ce ne soit un lapsus.

Autre précision faite par le Palais d'Orléans de Basse-Terre, ce jour :

Les planteurs de cannes ayant subi plus de 25% de pertes, lors de la récolte 2021, en raison de la sécheresse de 2020, seront invités ultérieurement, par arrêté préfectoral, à formuler une demande d’indemnisation.

Selon le dernier recensement, qui remonte à 2010, la Guadeloupe compte eviron 7800 agriculteurs.