L'abattoir du Moule et les boucheries en période de confinement

coronavirus
Abattoir du Moule
En cette période de crise sanitaire, l’abattoir du Moule travaille en fonction des besoins réels des bouchers et autres intermédiaires. Mais paradoxalement, les premiers jours passés, loin de faire chuter les chiffres, le confinement aurait plutôt tendance à les faire croître.
En moyenne, l’unité du Moule traite de façon hebdomadaire 120 bovins et 280 porcs. Après une baisse de 70% de l’activité la semaine dernière, la structure avait misé sur une nouvelle diminution de l’arrivage mais il n’en est rien, la demande en viande fraiche locale semble repartir : de 160 bêtes globalement la semaine dernière, il faudra tabler sur un peu plus de 80 bovins et 200 porcs pour cette semaine.
Il faut dire que ce confinement augmente considérablement la consommation des ménages et donc de la viande et beaucoup sont ceux qui ont opté pour la production locale.
Du coup, l’abattoir s’est adapté
Rony Guillaume directeur général de l’abattoir du Moule
©guadeloupe
Cette situation a aussi un impact sur les boucheries
Beaucoup sont carrément fermées, d’autres travaillent sur les jours de fin de semaine, du jeudi au dimanche, uniquement pour la vente de viande. C’est le cas de Marie-Dominique Tacour, bouchère à Petit-Canal qui s’est aussi adaptée à la situation .
©guadeloupe

Pour permettre aux professionnels d’avoir les produits carnés, l’abattoir du Moule peut compter en grande partie sur ses effectifs : sur 24 salariés, 20 sont en activité sur site ou en télétravail .
Les Outre-mer en continu
Accéder au live