Smic, livret A, allocation rentrée scolaire... ce qui a changé au 1er août 2022

consommation
Livret A
Le taux du livret A passe à 2%. ©Nicolas Guyonnet / Hans Lucas via AFP
Le mois d’août est lancé et avec ce nouveau mois arrive une série de mesures qui sont entrées en application le 1er. Revalorisation du Smic, prime d’essence dans l’Hexagone ou encore fin des mesures d’urgences sanitaires. Ce mois d’août draine son lot de nouveautés.

Un début de mois d'août qui apporte quelques changements au quotidien.

Des changements pour lutter notamment contre une inflation galopante et une hausse des prix importante. Pour tenter de soulager les foyers, une revalorisation du SMIC entre donc en vigueur : + 2,01%. Ce qui porte désormais le salaire minimum, pour un temps plein, de 1 302,64€ à 1 329,06€ mensuels net. 

Revalorisation également du point d'indice des fonctionnaires : + 3,5% d'augmentation pour les salaires.

Pour les retraites de base et les prestations sociales (prime d’activité, revenu de solidarité active, allocation adulte handicapé et allocations familiales, la revalorisation est de 4%. Un coup de pouce qui sera appliqué de façon rétroactive au mois de juillet. 

A quelques semaines de la rentrée scolaire, c'est une bonne nouvelle pour les familles. L'allocation de rentrée scolaire est donc, elle aussi, revalorisée. Versée à la fin du mois d'août, elle concerne les enfants de 6 à 18 ans. 

Puis ce mois-ci, l'argent fera de l'argent. Pour ceux qui disposent d'un livret A. L'épargne réglementée prendra de la valeur plus rapidement pour atteindre son plus haut niveau depuis dix ans, grâce à une revalorisation qui passe de 1 à 2%. Et mieux encore, sur le livret d'épargne populaire dédié aux revenus modestes, dont le taux d'intérêt passe de 2,2% à 4,6%.

Le mois d'août confirme également une remise de carburant. Elle est non seulement prolongée mais elle passera de 18 à 30 centimes par litre à compter du 1er septembre pour retomber à 10 centimes au mois de novembre prochain.

Autre changement majeur, la fin des mesures liées à l'état d'urgence sanitaire. Le pass sanitaire disparaît pour l'accès sur le territoire français. Le port du masque n'est plus obligatoire mais fortement recommandé. Et le conseil scientifique créé en début de pandémie sera remplacé par un comité de veille et d'anticipation sanitaire.