Tempête Fiona : plus de 58 000 abonnés toujours privés d'eau

cyclones
Sans eau, la rivière sert pour assurer les tâches du quotidien
Sans eau, la rivière sert pour assurer les tâches du quotidien ©Rudy Rilcy
Ils sont 58 618 clients du Syndicat mixte de gestion de l'eau et de l'assainissement de Guadeloupe encore dans l'attente d'un retour à la normale de l'alimentation en eau. Pour certains l'attente s'annonce longue.

Quatre jours après le passage de la tempête tropicale Fiona, l'alimentation en eau reste problématique dans plusieurs communes de l'archipel. 

Le Syndicat mixte de gestion de l'eau et de l'assainissement de Guadeloupe est à pied d'œuvre mais beaucoup reste encore à faire.

Dimanche 18 septembre, le SMGEAG indiquait que 150 929 clients étaient impactés par les manques d'eau. Ce mardi 20 septembre, ils sont 58 618.

Et c'est dans la commune du Gosier qu'ils sont plus nombreux : 14 000, soit l'ensemble des foyers de la commune. En cause, la rupture de la conduite principale de Belle-Eau-Cadeau. 

Pour l'heure, le syndicat n'a aucune visibilité sur les travaux prévus. "Il ne s'agit pas d'une réparation", expliquait Astrid Datil, Chef du département "Eau potable -Territoire Centre" du SMGEAG. Des "travaux conséquents" devront être engagés afin de pouvoir, à nouveau, relier les deux canalisations. Un chantier qui devrait impliquer des financements de la Région et de l'Etat.

©Guadeloupe

La ville des Abymes est également concernée par cette casse importante. Dans les sections de Caraque, Quatre chemins, Bouliqui, Desravinière, Bozon, Chazeau, Coma, Tertulien Azède, Beausoleil, Petit-Pérou, Morne Caruel, Morne Vergain, ce sont 9 000 abonnés qui n'ont pas d'eau courante. 

Même chose à Capesterre Belle-Eau (Fromager, Bourg de Capesterre, Les Sources, Brest, Geta, Cayenne, Ilet Pérou, Les Flamboyants, Sarlassonne, Cambrefort, Bidou, Marquisat, Neuf-Château, Belair, Monrepos, Moravie, Carangaise) où 5 570 clients sont privés du précieux liquide depuis vendredi. 

L'ensemble de la commune de Goyave (soit 3 453 foyers) et les quartiers de Carénage, Marina, Tonelle, Morne Bernus, Morne Torudu (en tout 1 500 clients), de Pointe-à-Pitre sont également impactés.

Ces abonnés devront s'armer de patience. Alors que les 2 368 clients de Saint-Louis à Baillif et les 3 720 du sud-est de Basse-Terre seront à nouveau alimentés le mercredi 21 septembre, dans la matinée. 
Dans le chef-lieu, le centre hospitalier est pleinement impacté par la situation. 

Retour également de l'eau pour les 25% restants des habitants de Sainte-Rose.

Au Moule, dans les sections de Sommabert, Dammencourt, Duthau, Hauteur de Néron, l'Oranger, La Baie, La Croix, Larosette, Route de l'Anglais, Sainte-Margurite, La Houssaie, Creuilly, La Roche, Baquier, La Fontaine, les robinets couleront à partir du 22 septembre. 

A quelques kilomètres de là, la situation est différente à Saint-François où 7 680 clients restent sous le coup des tours d'eau "organisés pour alimenter provisoirement" la commune, indique le Syndicat. Le SMGEAG qui précise n'avoir "aucune visibilité pour le moment" quant à un retour à la normale. 

A La Désirade, le retour sera progressif... Le 23 septembre pour deux tiers des foyers et le dimanche 25 septembre pour le tiers restant. 

En Côte-sous-le-vent, à Pointe-Noire, un diagnostic est en cours. Les services du SMGEAG suspectent qu'un éboulement aurait eu lieu  en amont du captage d'une des usines. Dans la commune, ce sont 2 125 (soit 62% des habitants) qui n'ont pas d'eau. 

A Vieux-Habitants, le Syndicat prévient "plusieurs semaines d'interruption du service à prévoir" car d'importants travaux seront nécessaires sur le captage. 1 794 clients sont impactés.

A Papaye, à Saint-Claude, ils sont encore 700 touchés par le manque d'eau. Les opérations de diagnostic se poursuivent, selon le SMGEAG.