Un festival qui a des vues sur le monde

cinéma
Mondes en vues
©Monde en vues
La 8ème édition du festival Monde en Vues a débuté et s’installe dans les salles obscures jusqu’au 22 octobre prochain. La cérémonie d’ouverture s’est tenue hier soir. De nombreux invités seront sur place et des dizaines de films programmés.

Ne dit-on pas que quand une porte se ferme, une autre s’ouvre ? Cette semaine, après le Cinsétar International Film festival, c’est la porte d’un autre festival de cinéma qui s'ouvre en Guadeloupe. Le festival "Monde en Vues", comprenez le festival International du film des droits de l’homme.
Un rendez vous qui en est à sa 8ème édition et qui cette année encore propose des films qui parlent des hommes où qu’ils vivent sur terre et quelles que soient leurs conditions de vies. Des films pour dire ce monde et surtout pour poser sur lui un autre regard que celui qui voudrait s'imposer.

Jusqu’au 22 octobre ce sont donc 24 films longs ou courts qui sont programmés également des causeries avec des invités tels que Léna Blou, la journaliste et productrice Rokhaya Diallo ou encore Mama Fatou Niang chercheuse et auteure du film ‘’Les Mariannes Noires’’

Gaudeloupe, Haïti mais aussi Vénézuela, France, Iran ou Etats Unis, c’est le monde qui s’offre à nous avec des histoires poignantes parfois révoltantes mais toujours fortes d’émotion.
Le festival Monde en vues, se veut également ‘’Chantant et dansant’’ , comme le dit la directrice du Festival, Elisabeth Gustave. Avec un concert prévu de la chanteuse Florence Naprix mercredi soir et une expo ‘’Hybrid’’ des artistes So Agusessy et Judith Tchakpa.

Trois lieux pour ne rien rater de ce festival, Hotel Arawak, la salle Robert Loyson au Moule et le Cinéstar aux Abymes. Avec ce rendez vous, le Monde est en Guadeloupe pendant huit jours.

Monde en vues et en films
©Monde en vues

 

Et tout le programme du festival est à retrouver sur la page Facebook D’Alliance Ciné.
Dès ce soir, 2 films au programme : ‘’Nous’’ d’Alice Diop et ‘’En route pour le milliard’’ de Dieudo Hamadi. C’est au Cinéstar