Un front commun de restaurateurs de Guadeloupe contre l'application du pass-sanitaire

tourisme
Restaurateurs en colère
©A. Houda
Le contrôle du pass sanitaire dès le 1er client contrarie certains restaurateurs. Une manifestation avait lieu ce jeudi devant la sous-préfecture de Pointe-à-Pitre. Le préfet se dit prêt à les entendre et assure que l’objectif est de retrouver une possibilité d’activité économique sécurisée

Bars et restaurants peuvent rouvrir avec présentation du pass sanitaire dès le 1er client. Un impératif qui contrarie certains restaurateurs. Ce jeudi matin, ils se sont retrouvés sur la place de la Victoire, sous les fenêtres de la sous-préfecture de Pointe-à-Pître, afin de se faire entendre par les autorités. Sans se positionner pour ou contre le pass-sanitaire, tous reviennent de mois très difficiles qu'ils ne voudraient pas voir compliquer par une nouvelle procédure dont ils ne voient pas l'efficacité attendue. 
C'est que, le fait de devoir vérifier le pass sanitaire des clients, déstabilise l'organisation de certains restaurants. Leur cri de ce jour vise à le faire entendre..

Vanessa Frédéric, Quentin Chailly, Corinne Zénon et David Drumeaux
 

©Guadeloupe


De fait, certains se sont malgré tout organisés pour faire face à cette nouvelle exigence. D'autres sont plus réservés par rapport à son implication.
Exemple au centre commercial Destreland à Baie-Mahault. Les restaurateurs ont reçu ce mercredi la visite des gendarmes. Il s'agissait d'un contrôle préventif destiné à répertorier les difficultés liées à l'application de cette mesure.Au final, le constat est plutôt positif.  

Voir le reportage d'Alex Robin et Rodrigue Lami :

©Guadeloupe

En face, le Préfet de Région Alexandre Rochatte, réitère son invitation au dialogue et à la co-construction d'un process qui pourra garantir à tous son objectif pricnipal en faveur d'une activité économique pérenne et surtout, sécurisée

Alexandre Rochatte, Préfet de la Guadeloupe

©Guadeloupe

Le Sour-préfet de Pointe-à-Pître a reçu une délégation des restaurateurs mobilisés. Une occasion pour eux d'exprimer une nouvelle fois leur crainte tout en sachant que les discussions se poursuivent avec les représentants de l'Etat. D'ores et déjà, ils ont obtenu que les contrôles qui seront faits durant ce premier week-end seront pédagogiques et non répressifs.

Restaurateurs en colère
©B. Pansiot-Villon