Un rendez-vous pas si boudé que cela

politique
Réunion des élus
©B. Pansiot-Villon
Les élus guadeloupéens ont affiché hier leur décision de ne pas se rendre au rendez-vous que leur avait proposé le ministre des Outre-Mer. Pourtant, Sébastien Lecornu a pu se réjouir de la présence de plus de la moitié des maires à cette rencontre, symbole d'une politique à deux vitesses

Hôte d'une journée à la sous-préfecture de Pointe-à-Pître, Sébastien Lecornu n'y sera pas resté seul. Certes, il avait essuyé le refus du Collectif de le rencontrer selon ses préalables et les élus avaient eu aussi décliné l'invitation. Ou plutôt, certains élus.

Le ministre ne s'est d'ailleurs pas privé de le souligner : la moitié des maires était présente ou représentée au cours de la visio-conférence organisée par lui. Sébastien Lecornu pouvait même, dans son bilan, parler du plan jeunes qu'il devrait mettre en oeuvre avec les communes de Guadeloupe, plan évoqué auparavant avec ses interlocuteurs


Sébastien Lecornu , 29 novembre 2021
 

©Guadeloupe

Des élus bien présents mais pour des raisons diverses et variées

 

De fait, cette visio-conférence a concerné pas moins de 15 maires étaient présents ou représentés : Ceux des communes des Abymes, d'Anse-Bertrand, de Baie-Mahault, de Basse-Terre, de Capesterre Belle Eau, du Gosier, de Morne-à-l'Eau, de Petit Canal, de Pointe-à-Pître, de Sainte Anne, de Saint François, de Sainte Rose, de Terre de Haut, de Terre de Bas et de Trois Rivières. 

Des parlementaires étaient eux aussi présents ou représentés, notamment Victoire Jasmin et Victorin Lurel ainsi que Maxette Pirbakas.

Pour certains, leur présence à cette réunion était anecdotique et même due au hasard. 

Je me suis connecté par curiosité avant de me connecter à la conférence de presse des élus guadeloupéens. Je n'ai pas participé au débat avec Sébastien Lecornu

Christian Baptiste, maire de Sainte Anne

La consigne était de se retrouver à 14h30 en vision avec le ministre. Une autre consigne est arrivée pendant la vision. Beaucoup ne l'ont vue que plus tard.

Claudine Bajazet, maire de Sainte Rose

D'autres cependant n'ont aucun mal à situer leur présence comme un acte volontaire poru cet échange avec le ministre : 

Il m'appartenait en tant que maire de Pointe-à-Pître de participer à cette rencontre d'office puisque Pointe-à-Pître à payer un lourd tribu dans ces manifestations, ses exactions. On a des Pointois qui ont souffert dans leur chair, dans leur biens, des familles guadeloupéennes qui ont été traumatisées par ces faits, donc il m'appartenait d'être présent pour dire au ministre ce que nous attendons, puisque d'aucun ne l'ignore, le code de la sécurité intérieure prévoit la responsabilité de l'Etat pour réparer les conséquences de dommages résultant d'attroupements et d'émeutes. Donc il m'appartenait de le dire au ministre...

Harry Durimel, maire de Pointe-à-Pître

Quant à Eric Jalton, Président de Cap Ecellence et maire des Abymes, il est allé jusqu'à publier sa déclaration au ministre

Au mieux, on aura voulu, du côté des élus, ménager la chèvre et le choux. Au pire, certains auront au moins marqué leur différence par rapport à l'unanimité proclamée par tous. 
De toutes les manières, Ary Chalus a choisi de résumer toutes les positions exprimées ou non ce lundi en concluant que tous les élus étaient présents ou représentés lors de la conférence de presse qui devait marquer leur unanimité.