Un suspect mis en examen et écroué, suite à la fusillade mortelle de mardi, à Pointe-à-Pitre

justice
Homicide Pointe-à-Pitre 09-11-2021
©Capture
L'enquête avance bon train, suite à la fusillade mortelle de mardi, à Pointe-à-Pitre. Il semble que l'issue fatale soit le fruit d'un échange de tirs entre les deux protagonistes. L'un est mort. L'autre, un père de famille, est mis en examen pour homicide volontaire et placé en détention provisoire.

Un homme d'une trentaine d'années a été mis en examen, pour homicide volontaire, après la fusillade qui a fait un mort, mardi 9 novembre 2021, à Pointe-à-Pitre, a appris l'AFP auprès du parquet. Cet individu a été placé en détention provisoire.

Souvenez-vous : il y a trois jours, en plein après-midi, peu après 15h, un homme a été abattu par balle, rue de la résidence "Liber Plocoste". Son corps sans vie gisait à même le sol, non loin d'un local à poubelles, sous les yeux de riverains... beaucoup ont filmé la scène et ont partagé les images sur les réseaux sociaux.
Arrivés sur place, les pompiers et les soignants du SMUR n'ont pu que constater le décès de la victime. 
Le suspect avait rapidement été interpellé, après les faits, par une patrouille de la BAC, alors qu'il semblait prendre la fuite.

"Il y a eu un échange de coups de feu, entre chacun des deux protagonistes, depuis leurs voitures respectives", selon le procureur de la République, Xavier Desjardins.

Le parquet de Pointe-à-Pitre "a ouvert une information judiciaire du chef d'homicide volontaire, qui devra préciser le déroulement des faits. Un juge d'instruction a été saisi", a précisé à l'AFP M. Desjardins.

La victime, "connue des services et âgée d'une trentaine d'années", a été "retrouvée à l'extérieur mais à proximité immédiate" du véhicule.
"Un grand nombre de douilles de deux armes différentes ont été retrouvées sur place", a précisé Xavier Desjardins, ajoutant qu'un "contentieux qu'il reste à déterminer" aurait opposé les deux protagonistes.
"L'auteur présumé travaille et a des enfants", a par ailleurs indiqué le procureur.  Il était soumis à une "interdiction de port d'arme" qu'il n'aurait pas respectée.