Une collecte itinérante, pour débarrasser les foyers des produits phytosanitaires non utilisables

écologie
Exemple de stock de produits phytosanitaires objets de la collecte menée du 18 au 25 novembre 2022.
Exemple de stock de produits phytosanitaires, objets de la collecte menée du 18 au 25 novembre 2022. ©Josiane Champion
Que faire des produits phytosanitaires stockés chez soi, alors que depuis 2019, les particuliers ont interdiction d’en faire usage ? Une solution leur est proposée, de même qu'aux collectivités : du 18 au 25 novembre, ces pesticides peuvent être déposés en déchetterie, suivant une collecte itinérante.

Si vous détenez chez vous de vieux pesticides, c’est le moment de vous en débarrasser. Une campagne de collecte de produits phytosanitaires non utilisables (PPNU) va démarrer le vendredi 18 novembre 2022, dans les déchèteries de l’archipel guadeloupéen ; ce, durant une semaine, jusqu’au vendredi 25 novembre.
Pour la première fois, cette opération de récupération s’adresse, non pas aux agriculteurs comme c’est le cas tous les deux ans, mais aux particuliers et collectivités.

Cette opération est menée à l’occasion de la Semaine européenne de la réduction des déchets (SERD) et dans le cadre du Plan Ecophyto.

La cible : les particuliers et les collectivités

La détention et l’utilisation des pesticides sont interdites depuis le 1er janvier 2017, pour les collectivités (pour l’entretien des espaces verts) et, depuis le 1er janvier 2019 (loi Labbé), pour les jardiniers amateurs, dont certains possèdent des fonds de stock.

L’objectif est de les éliminer, pour que ces produits ne se retrouvent pas, soit dans la nature, soit avec des usages détournés qui pourraient avoir des effets environnementaux ou sur la santé des citoyens (...). On se retrouve aussi dans un renouvellement générationnel et il se produit un cas de figure du type : mon grand-père était agriculteur (ou mon frère, mon oncle...) et il est décédé en laissant un stock de produits. Que puis-je en faire ? Que dois-je en faire ?

Nicolas Noirtin, président d’Agrivalor

L’organisme de gestion des déchets agricoles Agrivalor a été sollicité par les pouvoirs publics, pour mener cette campagne de collecte, en partenariat avec les Communautés de communes et les Communautés d’agglomération. Cet opérateur, qui œuvre déjà auprès des agriculteurs, entend offrir un cadre réglementaire aux particuliers, pour qu’ils puissent emmener les produits visés en déchetterie.

Il n’y a aucune peine, aucun mal, aucune honte à détenir ces produits. Il faut simplement les ramener et permettre qu’ils soient traités.

Nicolas Noirtin, président d’Agrivalor

Parmi les produits phytopharmaceutiques concernés, il y a notamment les insecticides traditionnels que l’on utilisait autrefois dans les jardins, les fongicides et, surtout, les herbicides.

Collecte au sein des déchetteries

La campagne de collecte des PPNU se déroule donc dans les déchetteries de Guadeloupe. En dehors de cette opération spéciale, ces sites ne sont pas du tout habilités à recevoir de tels produits.

Les déchetteries ne sont pas équipées, ni en structure humaine, ni en structure matérielle pour recevoir ces déchets. Par conséquent, il fallait apporter une solution. Et c’est là qu’on vient avec notre expertise Agrivalor.

Nicolas Noirtin, président d’Agrivalor

Chaque matin, un lieu sera concerné. Voici le calendrier de cette opération itinérante :

  • 18/11/2022 : Déchetterie de Jaula à Lamentin (de 8h à 12h) ;
  • 19/11/2022 : Déchetterie de Deshaies (de 8h à 12h) ;
  • 20/11/2022 : Déchetterie de Capesterre-Belle-Eau (de 8h à 12h) ;
  • 21/11/2022 : Déchetterie de Sainte-Anne (de 8h à 12h) ;
  • 22/11/2022 : Déchetterie du Moule (de 8h à 11h30) ;
  • 23/11/2022 : Déchetterie du Morne-à-l’Eau (de 8h à 11h30) ;
  • 24/11/2022 : Plateforme de Grand-Bourg, à Marie-Galante (de 10h à 14h00) ;
  • 25/11/2022 : Déchetterie de La Gabarre aux Abymes (de 8h à 12h00).

Pour davantage d’informations, un numéro de téléphone est proposé aux usagers : le 0690.96.29.93.

Un traitement très réglementé

Aucune donnée n’existe quant à la quantité de PPNU à collecter.

Il n’y a pas eu d’évaluation du gisement. On ne sait pas du tout où on va sur cette campagne. On espère ne pas avoir à la refaire, que la population va jouer le jeu et qu’on va pouvoir vider les foyers et les collectivités de ces produits.

Nicolas Noirtin, président d’Agrivalor

Les PPNU doivent être donnés dans leur emballage d’origine ; il est demandé aux personnes de conserver les étiquettes, afin que les professionnels puissent classifier les produits. Les contenants en mauvais état doivent être sur-emballés, pour éviter une fuite potentielle.

Les produits phytosanitaires doivent être triés et segmentés par famille, afin d'éviter tout mélange dangereux.
Les produits phytosanitaires doivent être triés et segmentés par famille, afin d'éviter tout mélange dangereux. ©Josiane Champion

Pour le transport des pesticides, mieux vaut porter des équipements appropriés (gants, combinaison, lunette, bottes, masque, si nécessaire), le véhicule doit être aéré, parmi les précautions à prendre.

Le traitement de ces déchets sera assuré par la SARP Caraïbe, une société habilitée pour ce type de manipulation. Un chimiste sera en charge de la segmentation des familles de substances, dont certaines ne doivent pas être mélangées.
Ensuite, les produits phytosanitaires non utilisables seront emballés par classes de familles, expédiés vers l’hexagone et traités dans des usines dédiées.

Les produits phytosanitaires doivent être triés et segmentés par famille, afin d'éviter tout mélange dangereux.
Les produits phytosanitaires doivent être triés et segmentés par famille, afin d'éviter tout mélange dangereux. ©Josiane Champion